Questions immobilières

Assurance emprunteur, combien ça coûte ?

Quand vous souscrivez à un crédit immobilier, votre établissement vous propose systématiquement une assurance emprunteur.  Un emprunteur n’a pas l’obligation légale de souscrire à une assurance lorsqu’il prend un crédit. Cependant, dans les faits, les établissements de crédit n’acceptent aucune demande de crédit sans assurance emprunteur.

Cette assurance représente une part non négligeable du prix du crédit, il est donc important de connaître quelques éléments pour analyser son montant.

Assurance emprunteur, qu’est-ce que c’est ?

Lorsqu’on souscrit à un crédit immobilier, on s’engage pour une période longue qui peut durer jusqu’à vingt ans. Sur cette période, des événements inattendus peuvent rendre impossible le remboursement des mensualités : par exemple, un accident rendant impossible le maintien d’une activité salariée. C’est dans ce cadre que l’on peut faire jouer l’assurance emprunteur ; l’assureur rembourse alors le crédit pour le compte de l’assuré.

On définit globalement trois clauses qui vont faire jouer l’assurance emprunteur :

– La PTIA (perte totale et irréversible d’autonomie), qui empêche l’assuré de réaliser seul certains actes de la vie courante. Cette clause est vérifiée par un médecin. Elle doit être constatée avant 65 ans.

– L’IPT (invalidité permanente et totale) est très similaire à la PTIA. L’assuré est dans l’incapacité d’occuper une activité rémunératrice

– Le décès de l’emprunteur. Dans ce cas, les ayant-droits de l’emprunteur ne sont pas tenus de rembourser ses mensualités. Il appartient à la compagnie d’assurance de prendre en charge les remboursements.

On rajoute parfois à ces clauses une garantie telle que la perte d’emploi.

Dans ce cadre, l’assurance emprunteur rembourse les mensualités en cas de licenciement de l’assuré, sous des formes différentes en fonction de la société d’assurance et de la garantie souscrite.

Le coût moyen d’une assurance emprunteur

Le taux de l’assurance prêt immobilier est variable en fonction de la somme empruntée, et du profil de risque de l’emprunteur : âge, situation professionnelle, état de santé, fumeur ou non…

Pour un couple de quarante ans en bonne santé, qui souscrit à un emprunt, le taux d’assurance va être environ de 0,25%. Pour un emprunteur de trente ans non-fumeur, le taux de l’assurance va être de 0,28%.

A noter que le taux d’assurance va être évolutif en fonction de différents critères. A partir de soixante-cinq ans par exemple, le taux de l’assurance prêt immobilier augmente considérablement car l’assuré présente un profil de risque plus élevé.

La délégation d’assurance, un bon levier de négociation

Le taux des crédits immobiliers a considérablement baissé ces dernières années et représente un véritable produit d’appel pour les emprunteurs. C’est pourquoi les établissements bancaires utilisent d’autres leviers pour augmenter la rentabilité de leur crédit : les frais de dossiers et les frais d’assurance emprunteur en font partie. Ces frais sont donc généralement relativement élevés.

Dans ce cadre, il peut être intéressant de faire appel à un autre établissement et de se tourner vers un assureur spécialisé. Les offres proposées par les assureurs sont en effet trois à quatre fois moins chères que celles des établissements bancaires en moyenne.

En vertu de la Loi Lagarde, qui autorise depuis 2010 la délégation d’assurance, il est parfaitement possible d’étudier les propositions des établissements concurrents à votre banque.

Ainsi, une compagnie d’assurance comme la Maaf peut proposer des tarifs groupés : assurance habitation et assurance emprunteur. Un package intéressant à étudier.

D'autres articles sur le sujet

Articles récents :

Tags  
Blog > Questions immobilières > Assurance emprunteur, combien ça coûte ?