Auvergne-Rhône-Alpes, Isère

Grenoble, future capitale verte européenne en 2022 ?

La ville de Grenoble est en lice pour devenir la future capitale verte européenne en 2022. En France, seule Nantes a obtenu ce titre en 2013. Verdict attendu au printemps 2020.

 

La capitale des Alpes mène depuis de nombreuses années une politique de développement durable. La cause écologique est intégrée dans toutes les réflexions et décisions prises notamment en matière d’aménagement urbain et de transports publics. Grenoble fait souvent figure d’exemple en la matière
au niveau national.

DES TRANSPORTS VERTS

La ville de Grenoble a entrepris depuis plusieurs années, une révolution écologique dans son réseau de transports publics. Elle propose une grande diversité
de transports en commun ou alternatifs à la voiture afin de réduire significativement son empreinte carbone.

Consciente de l’enjeu écologique dès les années 1980,
la ville privilégie les circulations douces et dispose aujourd’hui de plus de 40 kilomètres de pistes cyclables ainsi que des bus électriques.

Capitale verte, quèsaco ?
Le prix de la Capitale verte de l’Europe est lancé en mai 2006 et depuis 2010, chaque année une ville européenne est désignée par la Commission européenne, Capitale verte de l’Europe de l’année.

DES AMÉNAGEMENTS URBAINS DURABLES

La ville a élaboré un Guide de la haute qualité environnementale en architecture et urbanisme à destination de l’ensemble des constructeurs engagés
sur la commune. Ces derniers doivent se conformer aux préconisations de ce Guide, ce qui contribue à la qualité de l’air grenoblois et à la performance énergétique des bâtiments.

LE PLAN AIR ÉNERGIE CLIMAT EN ACTION

Depuis 2005, Grenoble suit de façon quotidienne les différents indicateurs de pollution transmis par la société Atmo Auvergne Rhône-Alpes, et les met à la disposition du public. Un nouveau plan d’action Air Énergie Climat a été élaboré pour la période 2019-2025, avec comme ambition une couverture à 80 % de ses besoins en énergies renouvelables à l’horizon 2030.

UNE DÉCISION ATTENDUE AU PRINTEMPS 2020

Dix-huit villes concourent à ce titre, dont les françaises Lyon et Dijon, sans compter d’autres grandes cités européennes comme Turin, Sofia ou encore Budapest.
L’engagement écologique de longue date de la capitale des Alpes pourrait bien la distinguer.

La Commission européenne doit rendre sa décision au printemps 2020 sur la base de douze indicateurs, dont les mesures prises en matière de mobilité urbaine durable et de performance énergétique.

Vous pourriez peut-être aimer ces articles :

Tags  
Blog > Auvergne-Rhône-Alpes > Isère > Grenoble, future capitale verte européenne en 2022 ?