Blog > Questions d'argent et de droit > Comment se protéger des loyers impayés?
Questions d'argent et de droit

Comment se protéger des loyers impayés?

Louer son bien à un locataire qui n’honore pas ses loyers est la hantise de tout propriétaire. Et pour cause : après des démarches à rallonge, une perte de temps et d’argent, les recours accordés sont généralement décevants sur le plan financier et bien trop tardifs. Mis en place depuis janvier 2016, un tout nouveau dispositif vient remplacer les anciens. Pour en savoir plus, suivez le guide !

Carnet de Chèque et stylo
Carnet de Chèque et stylo

Les loyers impayés en chiffres

Aujourd’hui, on estime que dans le parc privé, 3 à 5 % des loyers sont impayés. Les causes : des chiffres qui font un bond conséquent depuis la crise de 2008, la hausse du chômage et la baisse du pouvoir d’achat. (Source : Le Monde). Derrière la faillite personnelle des locataires les plus précaires se cachent aussi celle des propriétaires qui ont acheté un bien et qui comptent sur les loyers mensuels pour rembourser leur prêt immobilier.

 

Côté bailleur, la traditionnelle assurance garantie des loyers impayés

Appelée également GLI, cette assurance, qui doit être souscrite par le propriétaire, permet de se prémunir contre les loyers impayés mais aussi contre les possibles dégradations commises par le locataire. Elle prend généralement en charge les frais de justice engagés contre le locataire indélicat.

Souscrite auprès d’une compagnie d’assurance privée, son coût reste conséquent car il représente entre 2 et 4% du loyer. Enfin, toutes les offres ne se valent pas et mieux vaut s’armer de patience pour comparer un maximum de contrats en fonction de leur grille de tarifs de remboursements et de leurs conditions.

 

Côté locataire, le VISALE, le tout dernier dispositif

Contrairement à la Garantie Universelle des Loyers, le VISALE, mis en place par le Gouvernement, s’adresse à un certain type de locataires et proposent des garanties plafonnées qui sont limitées dans le temps.

Il s’agit des salariés dits « précaires » quelque soit leur contrat de travail et qu’il s’agisse d’une location vide comme meublée qui doit cependant constituer leur résidence principale. Il est s’adresse autant aux familles qu’aux colocations dans la mesure, où le bail est individualisé pour chacun des colocataires.

Comment ça marche ?

Contrairement au GLI, le VISALE ne couvre pas les éventuelles dégradations. En revanche, il garantit 36 impayés de loyers, charges locatives comprises, durant les trois premières années du bail. Pour information, le loyer global charges comprises ne doit pas excéder 1300 euros sur toute la France et 1500 euros à Paris.

Enfin, c’est un engagement gratuit pour les deux parties et il revient au locataire d’en faire la demande via la plateforme https://www.visale.fr/#/

 

Du côté du propriétaire

Il faut compter environ deux jours pour obtenir ce visa qui devra être communiqué au propriétaire qui se chargera dès lors de s’inscrire et de renseigner ses références pour obtenir ce fameux contrat de cautionnement. Une fois ces informations enregistrées, c’est fait, vous êtes protégés !

Pour connaître le VISALE en détail et savoir si vous êtes éligible, direction https://www.visale.fr/#/

Et vous, que pensez-vous de ce tout nouveau dispositif ? Avez-vous déjà fait face à des impayés et comment la situation s’est elle résolue ? Faites-nous part de votre témoignage, le blog est là pour ça !

Suivez-nous sur