Blog > Je suis locataire > Encadrement des loyers : le bilan
Je suis locataire, Je suis propriétaire, Questions d'argent et de droit

Encadrement des loyers : le bilan

Six mois après la mise en place de la mesure, le prix des locations a-t-il effectivement baissé à Paris ? Si certains propriétaires jouent le jeu, d’autres font de la résistance. Les locataires, eux, réfléchissent à deux fois avant de faire valoir leurs droits.  

Paris

Depuis le 1er août, l’État a décidé de plafonner les loyers parisiens. Les particuliers ou agences immobilières sont tenues de respecter un loyer de référence, quartier par quartier, qu’elles ne peuvent augmenter que de 20 % maximum sous certaines conditions.

Baisse sur une minorité de logements

Les professionnels de la gestion locative, réunis au sein de l’association Plurience, qui représente 40 % du secteur national, ont étudié les 1 900 logements loués dans la capitale entre fin août et fin octobre. Seulement 15 % d’entre eux, soit 287 logements, ont effectivement vu leur loyer diminuer entre l’ancien bail et le nouveau. Selon ces professionnels, cette part pourrait passer à 20 % lorsque la loi aura atteint sa vitesse de croisière. Le montant de la baisse, lui, varie entre 80 euros et 110 euros par mois.

Près d’un loyer sur deux hors-la-loi

Une étude menée en novembre par l’association de défense des consommateurs CLCV fait le constat que 42 % des loyers sont encore en dehors des barèmes, avec une moyenne excédentaire de 145 euros par mois. A cela plusieurs raisons. Les loyers de référence ne tiennent pas toujours compte de certains microquartiers, qui sont autant de micromarchés, spécifiques : Montmartre n’est pas le 18e, et le secteur du jardin des plantes ne peut être indexé comme les alentours de la Gare d’Austerlitz, pourtant toute proche. De plus, si les propriétaires sont tenus de respecter ces loyers de référence, ils peuvent les majorer selon certains critères. Or, ceux-ci sont assez flous, ce qui leur permet de maintenir les tarifs antérieurs.

La baisse des loyers parisiens reste encore timide, mais elle a valeur de symbole dans la ville la plus chère de France. Cependant, dans un contexte très tendu, avec souvent 1 logement pour 20 demandes, les locataires, trop heureux d’avoir trouvé, ne sont guère enclins à la contestation, comme le constate le CLCV.

Et vous ? Avez-vous pu obtenir une réduction de votre loyer ? Tous vos témoignages dans la partie commentaires de ce post.

Suivez-nous sur