Blog > Questions d'argent et de droit > A quand un baromètre local des prix du foncier ?
Questions d'argent et de droit

A quand un baromètre local des prix du foncier ?

Dans un marché du neuf et de la construction ouvertement en crise, l’association de défense des consommateurs « Consommation Logement et Cadre de vie » (CLCV) s’est penchée sur la hausse extrêmement forte et variable qui frappe de plein fouet le foncier constructible. De ses recherches et constats, l’association propose à la Ministre du Logement de mettre en place un baromètre local du foncier.

Real estate concept
Real estate concept

 

Une courbe que rien n’arrête

Le saviez-vous ? Depuis 2006, le coût du foncier a augmenté trois fois plus vite que le coût du logement en général. Le prix moyen du mètre carré du terrain en France a ainsi augmenté de 60% entre 2006 et 2013. De 46 euros en 2006, le prix moyen du mètre carré a atteint les 73 euros, cinq ans plus tard. Du côté du bâti, c’est-à-dire du coût de construction, les prix ont aussi grimpé, mais dans une moindre mesure en progressant de 1 031 euros en 2006 à 1 244 euros en 2013.

Des disparités de prix d’une région à l’autre

La CLCV s’étonne également, chiffres à l’appui, des inégalités de prix à travers le pays. Pour exemple : celui du m2 de foncier en Ile-de-France revient à 215 euros, contre 125 euros dans le Languedoc-Roussillon et 57 en Aquitaine. Ces écarts ne peuvent s’expliquer qu’à travers l’attractivité des régions ou même le ratio traditionnel de l’offre ou de la demande, car même deux villes limitrophes dont le foncier est de même valeur peuvent afficher des prix complètement opposés et variables.

Des projets abandonnés ou largement revus à la baisse

Face à une politique des prix très opaque et un coût toujours plus élevé, bon nombre de particuliers adaptent leur projet en prenant la décision d’acheter des terrains plus petits. Entre 2006 et 2013, la superficie moyenne des terrains du foncier a ainsi réduit de -16,67%, passant ainsi sur 7 ans de 1 332 euros du mètre carré à 1 100 euros.

La solution : un observatoire libre et indépendant pour pointer les abus

Fort de ce constat détaillé avec clarté, la CLCV plaide pour un besoin urgent de « transparence sur les prix du foncier » et demande ainsi à la Ministre, Madame Sylvia Pinel de mettre en place un baromètre local des prix du foncier constructible. Sur le même modèle que les baromètres tenus par les notaires, les ventes effectuées seraient alors systématiquement enregistrées afin d’établir une moyenne, complète et certifiée.

Toujours dans l’optique de clarifier les prix du foncier constructible, la CLCV enjoint les collectivités locales et les entreprises publiques à libérer davantage de terrains disponibles tout en ne cédant pas à la spéculation.

Pour en savoir plus et consulter le dossier complet établi par la CLCV, rendez-vous sur www.clcv.org/images/CLCV/…/DP-Etude-CLCV-prix-foncier-sept2015.pdf

Et vous, pensez-vous qu’un baromètre certifié permettrait de clarifier les disparités de prix d’une ville à l’autre ? Quelles sont, selon vous, les solutions pour réduire le coût du neuf ? Faites-nous part de votre point de vue, le blog est là pour ça !

 

Tags  

Suivez-nous sur