Blog > Tendances > Témoignage: Un projet à deux… oui mais avec un jardin !
Tendances

Témoignage: Un projet à deux… oui mais avec un jardin !

Aujourd’hui, notre témoignage commence par une histoire d’amour : celle d’Amélie et Hichem. Ils ont alors 27 ans et très vite, vivre ensemble devient une évidence. Elle vit alors à Coulommiers (77) où elle est professeure d’espagnol. Lui, vit à Meaux (77), où il est plombier à son compte.

Témoignage
Devenir propriétaire

 

Les amoureux se sont bien trouvés car chacun rêve depuis quelques années de devenir propriétaire. « L’idée d’acheter me trottait dans la tête depuis pas mal de temps mais avec les mutations, je ne savais jamais où je travaillerais l’année prochaine. » Lui de son côté, en a marre de dépenser son argent dans un loyer mais craint qu’avec son statut en libéral, les banques refusent toutes de lui accorder un prêt.

Alors très vite, le petit couple réfléchit à ce projet et décide dans un premier temps de vivre sous le même toit. Parce que l’appartement de 45 m2 d’Amélie est plus grand, c’est Hichem qui décide de venir vivre à Coulommiers, malgré les 30 km qui le séparent de sa clientèle. « Comme on dormait la plupart du temps chez moi et que mon appartement était mieux aménagé, on a pris la décision de vivre à Coulommiers. On s’est posé la question de prendre plus grand, mais mon appartement nous suffisait et le loyer était de 780 euros. On savait aussi qu’un appartement plus grand et plus cher aurait forcément engendré des coûts, notre idée c’était de mettre de côté. »

 

Se pacser pour rassurer les banques

« C’est vrai que tout est allé vite entre nous », raconte Amélie. « On rêvait de vivre dans un pavillon avec un jardin pour faire des barbecues et recevoir nos familles et nos amis, alors on a foncé ».

Le duo de choc décide alors de se pacser pour rassurer les banques mais point de mariage à l’horizon. « Tous les deux, on n’est « pas trop mariage » et puis on savait qu’on allait dépenser pas mal d’argent entre les invitations, la fête et la robe… ce n’était pas du tout notre projet ». Pendant ce temps-là, le petit couple a continué d’économiser. « A cette époque, on mettait un maximum de côté. Parfois, notre budget était serré mais rien que le fait de penser à notre future maison, on restait motivé ! ».

Sans avoir encore consulté leur banque, les amoureux épluchent les petites annonces et ne se privent pas de visiter le week-end des maisons pour se faire une idée concrète des prix du marché. « Les travaux ne nous faisaient pas peur, par contre, on ne voulait pas acheter près de Meaux et encore une fois, on voulait un jardin ! ».

Chacun consulte sa banque et bingo ! La banque d’Hichem est partante, bien qu’à son compte. « On n’avait que 40 000 euros d’apport à nous deux, mais son banquier était partant. » Les amoureux veulent emprunter 100 000 euros car leur budget maximum est de 130 000 euros, frais de notaire compris. « L’offre était intéressante, au départ on souhaitait un prêt sur 10 ans pour en finir vite avec les remboursements. Les mensualités revenaient à plus de 900 euros par mois et l’on ne pouvait pas trop se le permettre ». Comme la banque leur fait confiance, le prêt s’étalera sur 15 ans avec une mensualité de 685 euros au total.

Ne reste plus que les visites : « comme Hichem est du métier, il vérifiait toujours la qualité des maisons. Sans lui, j’aurais eu des coups de cœur pour des pavillons pleins de charme mais dans un état vraiment médiocre. »

Et puis, 5 mois après leur simulation de prêt, la maison parfaite se présente à eux ! C’est un pavillon de 70m2, construit dans les années 90 et bien sûr… avec un jardin de plus 300m2. « Après vérification, on avait trouvé le bien parfait à 15 minutes de Meaux dans une petite ville avec des commerçants et de la vie. »

 

La vie au milieu de la poussière et des sacs de plâtre

C’est décidé, le couple fait une offre : la maison est en vente au prix de 125 000 euros, mais ils tentent tout de même une offre à 118 000 euros. « Le propriétaire n’était pas vraiment partant mais aux vues des travaux à faire, les visites étaient rares… Finalement on a négocié et on s’est mis d’accord sur 120 000 euros ». Quelques mois plus tard, le couple signe et c’est le début d’une nouvelle aventure : les travaux. « Hichem et des collègues ont tout refait aux normes. On a vécu dans la poussière, les outils et les sacs de plâtre mais peu importe, on était proprio ! ».

La maison est depuis terminée même si Hichem le perfectionniste a encore des idées de travaux plein la tête. De son côté, Amélie a pris en charge le « relooking » du jardin qui était en friche depuis plusieurs années. « Je me suis occupée des mauvaises herbes, de faire pousser un potager et d’entretenir le gazon. Moi qui n’avais jamais eu de jardin, je ne pensais pas que c’était autant de travail ! ».

Une terrasse en dalle et un joli jardin plus tard, on vous laisse deviner où les amoureux passent le plus clair de leur temps dès les premiers rayons de soleil…

 

Et vous, êtes-vous propriétaires ? N’hésitez pas à nous contacter pour participer à nos prochains témoignages !

 

 

 

 

Suivez-nous sur