Blog > Questions d'argent et de droit > Problèmes de voisinage : quelles solutions ?
Questions d'argent et de droit

Problèmes de voisinage : quelles solutions ?

Il y a ceux qui adorent leurs voisins, ceux qui les connaissent à peine et enfin, ceux pour qui les voisins représentent une source intarissable d’ennuis. Si malgré tous vos efforts de tolérance et votre patience d’ange, les problèmes de voisinage jouent avec vos nerfs, des solutions existent pour se sentir à nouveau bien chez soi. Pour en savoir plus, suivez le guide !

Un problème récurrent

Ne vous croyez surtout pas seul à subir des désagréments ou des reproches de la part de vos voisins. D’ailleurs, un simple tour de table entre amis ou collègues vous permettra de mesurer le fait que chacun y fait face, tôt ou tard, qu’il soit locataire ou propriétaire. D’après une enquête menée par Ipsos et les assureurs Axa en juillet 2014, près d’un Français sur deux (49 %) a déjà connu des problèmes lié à son logement : travaux, construction, copropriété ou en tant que locataire.

Mais pour les personnes interrogées, la première source de litige en matière d’habitation est sans conteste le voisinage. Malheureusement, les chiffres ne s’arrêtent pas là puisque parmi les sondés, une personne sur quatre reconnaît n’avoir jamais réellement réglé ce problème. Pour autant, tout n’est pas perdu et voici quelques pistes pour résoudre les conflits avec ses voisins.

Problème voisinage

Traiter à l’amiable

Dans un premier temps, avoir recours à une quelconque autorité avant de venir vous présenter et exposer votre problème à votre ou à vos voisins pourrait se révéler infructueux et être interprété comme une vraie marque d’hostilité.

Bon à savoir : plutôt que de passer à l’improviste chez votre voisin, mieux vaut glisser un petit mot dans sa boîte aux lettres (et non le placarder sur sa porte), lui exposant brièvement le problème et l’invitant à prendre rendez-vous avec vous pour en discuter tranquillement.

Cette démarche, aussi simple soit-elle, prévient les réactions à l’emporte-pièce et permettra aux deux parties de réfléchir à des solutions tangibles avant de se voir autour d’un café. Privilégiez une rencontre à votre domicile ou au café du coin plutôt que debout dans le hall ou sur le trottoir en bas de votre immeuble, à la vue de tous.

Si le trouble persiste, n’hésitez pas à passer à la seconde étape qui consiste à envoyer un courrier en recommandé à la personne visée. Elle ne pourra pas feindre de ne pas connaître votre mécontentement et, de votre côté, vous aurez des traces écrites de l’avancée de vos démarches.

Bon à savoir : pour que ce courrier ait du poids, abstenez-vous de tout jugement de valeur et de toute remarque acerbe (même si elle vous semble justifiée ou pleine d’esprit) et faites des recherches pour citer le bon texte de loi ou le bon article de votre règlement de copropriété.

Faire appel à un tiers

Par la suite, si la situation n’a pas évolué, vous pouvez demander à la gendarmerie ou à la police de se déplacer pour constater le problème, dans le cas notamment de nuisances sonores, qui sont par ailleurs
LA source de conflit la plus fréquente entre voisins. Pour tout ce qui concerne les installations, vous devrez prendre contact avec votre syndic ou le service de l’urbanisme de votre mairie.

À noter : si votre problème concerne un locataire, vous pouvez également joindre son bailleur qui peut le contraindre à cesser les nuisances.

Le conciliateur de justice

Quand la situation n’évolue pas ou qu’elle empire, faire appel à un conciliateur de justice est une solution à la fois gratuite et efficace pour mettre fin à un désaccord. Soit les deux parties se retrouvent face au conciliateur pour trouver une solution, soit un particulier se présente seul pour faire examiner son dossier. Le conciliateur pourra alors se rendre sur place ou convoquer les personnes visées, même si celles-ci restent libres de se présenter ou non.

Le recours judiciaire

La voie civile : Il s’agit d’un recours devant les instances ad hoc qui vous permettra d’obtenir la cessation du trouble et, peut-être même, un éventuel dédommagement pour le désagrément subi. La juridiction de proximité cherchera elle aussi dans un premier temps à réconcilier les deux parties. Elle peut également se dessaisir d’un dossier et le renvoyer devant le tribunal d’instance si les difficultés juridiques se corsent, notamment en termes d’application d’une règle de droit.

La voie pénale : Dans ce cas, c’est le tribunal de police qui peut infliger une amende à l’auteur des méfaits. Les sanctions applicables sont également ce qu’on appelle des pénalités en nature, qui consistent par exemple en l’abattage d’un arbre dont les racines endommagent les propriétés alentour, ou la mise en place de travaux d’isolation phonique.

Et vous, avez-vous déjà vécu ce genre de vicissitudes avec des voisins ? Avez-vous trouvé une solution et comment ? Faites-nous part de vos expériences, conseils avisés et astuces, le blog est là pour ça !

Tags  

Suivez-nous sur