Blog > Je suis locataire > Location, un marché contrasté en voie de stabilisation
Je suis locataire

Location, un marché contrasté en voie de stabilisation

Pas facile de s’y retrouver et de comprendre clairement où en est le marché de la location. L’étude Clameur (Connaître les loyers et analyser les marchés sur les espaces urbains et ruraux) a réuni les données collectées au fil des locations et présente, comme chaque année, la tendance en chiffres du parc privé français.

En analysant le montant des loyers et la configuration des logements obtenus auprès de trente partenaires (banques, réseaux immobiliers, assurances…), l’étude Clameur prouve que, en dépit des apparences, la plupart des loyers français sont à la baisse.

Une baisse dans 60 % des villes françaises

Plus précisément les loyers des villes de plus de 100 000 habitants. La nuance réside dans le fait que, même si certains loyers augmentent ou stagnent, ils ne dépassent jamais l’inflation. En clair, les loyers français ont augmenté en moyenne de + 0,6 %, quand l’inflation constatée sur le territoire est estimée à + 0,9 %.

Cette tendance se marque dans 39,2 % des villes de plus de 10 000 habitants. Davantage encore, comme nous venons de le voir, dans les agglomérations de plus 100 000 habitants.

Nice

Les villes à la baisse

Après avoir connu une hausse de + 2,1 % en 2013, Saint-Étienne est la première du classement à afficher une baisse générale de ses loyers : de l’ordre de – 4,7 %. Suivent Nice, avec – 3,1 % et, plus surprenant, Paris, en troisième position, avec – 2,8 % (après une hausse de + 1,6 % en 2013).

Ces villes sont talonnées par Bordeaux (- 2,7 %), Rennes et Marseille (- 1,4 %), Toulouse (- 1,1 %) et Dijon (- 1 %). Strasbourg, Le Mans ou Nantes enregistrent également une baisse, mais plus modérée : respectivement de – 0,7 %, – 0,4 % et – 0,1 %.

Explications

Selon le professeur d’économie à l’Université Paris Ouest, Michel Mouillard, chargé de commenter cette étude, ce phénomène s’explique notamment par la constante baisse des loyers des petites surfaces, comme les studios et les deux-pièces. Enfin, crise oblige, le marché serait bloqué puisque nous sommes de moins à moins nombreux à pouvoir déménager. Toujours selon Michel Mouillard, il s’agit même d’un niveau jamais observé depuis 1998.

Les villes à la hausse

Dans 35 % des grandes villes, la tendance est au contraire à la hausse. Ainsi Angers reprend des couleurs et, après une baisse des loyers atteignant -1,6 % en 2013, elle affiche cette année une hausse remarquable de + 4,6 %. Villeurbanne suit de près dans ce palmarès, avec une hausse de + 4,2 %. La métropole lilloise arrive en troisième position, avec une augmentation générale des loyers égale à 3,9 %, après avoir connu une baisse de l’ordre de – 2,1 % en 2013. Viennent ensuite Lyon, Reims et Toulon, qui observent respectivement une hausse de leurs loyers de + 2,6 %, + 1,6 % et + 1,4 %.

Et vous, que pensez-vous de ces résultats ? Avez-vous remarqué une baisse ou une stagnation des loyers dans votre région ? Faites-nous part de votre point de vue, le blog est là pour ça !

Tags  

Suivez-nous sur