Blog > Je cherche un logement > Une maison secondaire à la campagne, dans l’arrière-pays ou sur la côte ?
Je cherche un logement

Une maison secondaire à la campagne, dans l’arrière-pays ou sur la côte ?

Bonne nouvelle pour tous ceux désirent investir ou s’offrir une jolie résidence secondaire ! Les professionnels de l’immobilier sont formels : les prix des maisons de campagne sont à la baisse et c’est le moment d’en profiter. En effet, grâce à l’abattement exceptionnel de 25 % sur les plus-values de cession qui prend fin le 31 août 2014, de nombreux propriétaires ont essayé de vendre leur bien le plus rapidement possible et au meilleur prix pour maximiser leurs chances d’aboutir. Une véritable aubaine qui se profile pour les acquéreurs potentiels. Alors, pour savoir où et comment faire une bonne affaire, suivez le guide !

Des prix à la baisse et une demande en recul.

C’est dans un contexte très particulier que le marché des résidences secondaires tente de se refaire une santé en donnant un coup de pouce aux propriétaires pour redynamiser le nombre de transactions. Et pour cause, la crise et les hausses successives des prix du côté du littoral comme de l’arrière-pays avaient largement échaudé nombre de foyers désireux de franchir le pas à l’achat une maison de campagne. Alors que les ventes de maisons de vacances ont chuté de 25 % en 2013 par rapport à 2012 (Source : Cabinet XERFI), la situation actuelle est considérée comme exceptionnelle par les acteurs de l’immobilier, qui constatent une baisse générale des prix et un choix bien plus large que par le passé.

Maison de campagne

Un bol d’air frais côté littoral.

Pour tous ceux qui rêvent de plages bretonne ou normande, c’est plus que jamais le moment de profiter d’un marché immobilier dont les prix sont en baisse constante depuis quelques années. Actuellement, vingt-cinq des localités les plus prisées de Bretagne – de Saint-Malo à Rennes en passant par Roscoff ou la Trinité-sur-Mer –, affichent une baisse moyenne de 15 % sur les cinq dernières années. Comparés à 2013, les prix des transactions effectuées en 2014 ont déjà chuté de 3,8 % (Source : Century 21). Même Deauville et ses alentours, sur la côte normande, affichent une baisse générale comprise entre 5 et 10 %. La région des Pays de la Loire, un peu plus au sud, a vu, quant à elle, ses prix diminuer de 7,8 % en 2013 par rapport à 2012.

Si les Landes et le Pays basque sont les deux seules à observer une hausse des prix et de la demande au fil des années, la région méditerranéenne accuse également une légère décote de l’ordre de 2 à 4 % par rapport à 2013.

Accalmie quasi générale dans l’arrière pays

Alors que les propriétaires sont nombreux à vouloir vendre, bon nombre de régions doivent néanmoins faire face à une véritable frilosité de la part des acheteurs. La Bourgogne, par exemple, très appréciée pour ses paysages et sa relative proximité avec l’Île-de-France, voit son marché des maisons de campagne chuter de 6 % par rapport à l’an passé (Source : Notaires de France). Dans la Creuse, la tendance est identique, voire accentuée, avec des prix en baisse constante depuis 2008.

Dans un contexte où les maisons de campagne se vendent beaucoup plus difficilement donc, les prix sont régulièrement revus à la baisse afin de pouvoir conclure une transaction. C’est l’occasion ou jamais pour les personnes qui ont un projet immobilier de se porter acquéreur d’un bien qui, quelques années auparavant, était largement au-dessus de leurs moyens. Dans le Lot, le Luberon et le Gers, on trouvera dorénavant beaucoup plus aisément de résidences secondaires comprises entre 150 000 et 200 000 euros, dont les ventes pourraient bien contribuer à redynamiser le marché local.

Et vous, êtes-vous tentés, dans ce contexte ; d’acheter une maison de vacances ? Quelles sont les régions qui vous séduisent le plus ? Êtes-vous plus « campagne » ou « littoral » ? Faites-nous part de votre point de vue, le blog est là pour ça !

Tags  

Suivez-nous sur