Blog > Je suis propriétaire > Les loyers moins élevés sont plus rentables à moyen terme
Je suis propriétaire

Les loyers moins élevés sont plus rentables à moyen terme

Alors que les loyers semblent augmenter d’une année sur l’autre sur l’ensemble du territoire, la très sérieuse Edhec Business School sort une étude qui risque d’ébranler bien des convictions. En effet, Tristan-Pierre Maury et Stéphane Grégoir, deux grands experts en matière d’économie, démontrent, études et chiffres à l’appui, que louer trop cher est une erreur et qu’à moyen terme cela rapporte moins d’argent. Explications.

Les raisons qui poussent à proposer un loyer excessif

Comme l’expliquent nos deux chercheurs, un manque d’information sur la marché immobilier mène bien souvent à une erreur d’appréciation du montant du loyer. S’il est tentant de vouloir « pousser » les mensualités de son investissement pour le rembourser plus vite ou parce que l’on suppose qu’il est de meilleure qualité que les prestations environnantes, sachez que cette démarche peut vous faire perdre de l’argent et vous apporter deux principaux désagréments.

Immeuble Paris

Un risque de vacance significatif

Même dans les zones tendues et les quartiers recherchés, louer à un prix outrancier ne fait pas recette. Comme l’explique l’étude, l’information disponible auprès des locataires a changé et qui plus est, les déménagements se font plus facilement que par le passé. Louer trop cher, c’est s’exposer au risque de vacance et de voir son ou ses locataires partir avant la fin du bail pour un logement au loyer raisonnable et dans les prix du marché. Pour le propriétaire, qui dit risque de vacance, dit baisse de la rentabilité. Refaire des démarches pour trouver de nouveaux locataires représente un coût supplémentaire et prend du temps. Enfin, c’est toujours une à trois mensualités de perdues et donc un manque à gagner non négligeable si cette mésaventure se reproduit plusieurs fois au fil des années.

La menace d’impayés

Hantise de tous les propriétaires, les loyers impayés sont, en plus de faire perdre de l’argent, un véritable casse-tête juridique. Si, selon cette étude, le taux d’impayés moyen n’est « que » de 3,26 %, il est cependant très variable d’une zone à l’autre et fonction du type de logement. Globalement, il est dûment prouvé que plus un locataire reste dans le logement, plus le risque d’impayés s’amenuise. Passées trois à quatre années d’occupation, il est prouvé qu’il est extrêmement rare que les occupants/locataires présentent des risques de ne pas régler leurs mensualités.

Alors convaincus ? Si vous souhaitez, en savoir plus, chiffres et graphiques à l’appui, rendez-vous sur le document de l’étude de l’EDHEC Business School :

http://professoral.edhec.com/_medias/fichier/edhec-position-paper-les-dysfonctionnements-du-marche-locatif-f_1394448893723-pdf

Et vous, pensez-vous qu’un loyer excessif peut nuire à la rentabilité d’un bien ? Votre expérience personnelle permet-elle de vérifier ces faits ? Faites-nous part de votre point de vue, le blog est là pour ça !

Tags  

Suivez-nous sur