Blog > Questions d'argent et de droit > Investir dans un parking
Questions d'argent et de droit

Investir dans un parking

Si investir est un projet plus que tentant quand on a peu d’apport, la tâche peut s’avérer en tout point décourageante aux vues des prix actuels de l’immobilier. Comme dit le proverbe « petit à petit, l’oiseau fait son nid »…  Et si vous commenciez par devenir propriétaire d’une place de parking ? Si l’idée peut sembler saugrenue de prime abord, les petits malins ont déjà compris que même avec une mise modeste, les rendements étaient au rendez-vous. Pour tout savoir, suivez le guide !

Parking

Place de parking, premier investissement gagnant

Même si les transports en commun se sont largement répandus partout en France, nombreux sont les conducteurs à la recherche d’une sacro-sainte place rien qu’à eux qui leur évitera de tourner indéfiniment dans leur quartier, ainsi qu’une amende pour non-respect des règles de stationnement. Pour être efficace, sachez qu’il faut viser dans les secteurs résidentiels et les grandes villes intra-muros, où le stationnement libre demeure un vaste casse-tête. Assez logiquement, les simples places en sous-sol sont bien plus abordables que les box fermés, qui offrent plus de sécurité ainsi qu’un espace de stockage supplémentaire toujours bienvenu.

Quelques exemples dans quatre grandes villes :

•   à Paris, les premières places à vendre se négocient entre 6 000 et 7 000 euros atteignant jusqu’à 27 000 euros pour un box fermé qui peut accueillir deux voitures dans les quartiers les plus demandés ;
•   à Marseille, dès 3 500 euros pour une simple place et à partir de 6 000 euros pour un box fermé ;
•   à Lyon et Lille, comptez 5 000 euros pour un emplacement et dès 7 000 euros pour un box.

Modalité pour le louer

Contrairement à la location de logements, aucune réglementation particulière n’est à appliquer et c’est ensemble que propriétaire et futur locataire conviendront de la durée du bail et du montant des mensualités. Ces conditions seront à mettre par écrit en plus de :

•   la description précise de l’emplacement et des moyens d’y accéder (bip, clés, etc.) ;
•   les durées et conditions de préavis ;
•   le dépôt de garantie ;
•   vous devez également remettre au locataire un état des risques naturels et technologiques, que vous vous procurerez facilement auprès de votre mairie ou de votre préfecture.

Quel rendement espérer ?

Si l’époque faste où l’on comptait plusieurs voitures par foyer s’érode peu à peu, les différentes conclusions observées par les professionnels du secteur évaluent une rentabilité annuelle de l’ordre de 6 à 8 %. Ce qui reste, somme toute, un rendement plus qu’intéressant.

Avec quelles charge ?

Certaines sont récurrentes, d’autres uniques. A l’achat, vous aurez d’abord à régler au notaire des frais de mutation, de l’ordre de 20 % du prix de votre acquisition. Une fois propriétaire, vous devrez assister aux assemblées générales et régler les charges de copropriété.

Quant aux loyers que vous recevrez, ils sont bien évidemment imposables au titre de revenus fonciers. Si ceux-ci sont inférieurs à 15 000 euros par an, vous pourrez bénéficier du régime dit « micro-foncier », plus avantageux. Enfin, vous n’aurez pas de taxe d’habitation à payer si ce parking se situe à plus d’un kilomètre de votre logement.

Et vous, êtes-vous tenté par ce premier achat ? Avez-vous déjà sauté le pas ? N’hésitez pas à partager votre expérience et à nous faire part de vos conseils, le blog est là pour ça !

Tags  

Suivez-nous sur