Blog > Je suis propriétaire > Bien vendre un logement occupé
Je suis propriétaire

Bien vendre un logement occupé

Vous êtes propriétaire d’un logement donné en location et vous souhaitez le vendre ? C’est possible mais sous certaines conditions. Vous êtes locataire et votre logement va être vendu ? Vous êtes concerné également ! Faisons le point ensemble sur les droits et devoirs de chacun en cas de revente d’un bien occupé.

Vous vendez un logement occupé

C’est la situation la plus simple. En effet, dans ce cas, le locataire n’a pas de droit de préemption puisqu’il n’est pas obligé de quitter l’appartement ou la maison. Vous pouvez, évidemment, l’informer de la mise en vente du logement qu’il occupe, lui spécifier les conditions et lui proposer de se porter acquéreur, mais vous n’êtes absolument pas obligé d‘attendre le terme de son bail.

logement-occupe

Sachez toutefois que, si vous avez besoin de faire visiter le bien, il faut informer votre locataire et vous mettre d’accord avec lui sur les plages horaires de visites. Car si vous pénétrez chez lui sans son autorisation grâce à un double de clés que vous pourriez avoir, ce sera considéré comme une violation de domicile, même si vous êtes légitime propriétaire dudit logement.

À savoir : il existe une exception qui donne un droit de préemption au locataire dans le cadre d’une vente de bien occupé, lorsqu’il s’agit de la première vente du logement après division de l’immeuble, c’est-à-dire sa mise en copropriété.

Sachez enfin que si vous vendez votre logement occupé, son prix subira une certaine décote. Elle peut être minimisée si le terme du bail est proche, mais vous ne pourrez l’éviter.

Le logement est vendu libéré

Vos devoirs dans ce cas sont plus nombreux et, surtout, il vous faudra être très attentif car en cas d’oubli, vous risquez de voir le bail du locataire renouvelé et votre vente repoussée d’autant. Avant toute chose, sachez que vous ne pouvez vendre votre bien libre qu’en fin de bail. Il n’est pas possible d’interrompre un contrat de location pour cause de vente du logement.

Deuxième règle : vous avez l’obligation d’informer votre locataire de son congé pour une vente au minimum six mois avant le terme de son bail (trois mois pour les locations meublées). Enfin, le congé doit être envoyé par courrier recommandé ou notifié par huissier, et il devra comporter toutes les modalités de vente.

Le locataire bénéficie, en effet, dans ce cas d’un droit de préemption et il dispose de deux mois après la notification de son préavis pour vous informer de ses intentions. Attention : sachez que le droit de préemption du locataire s’annule dans certains cas, notamment si vous vendez à un parent, si la mairie exerce son droit de préemption urbain, ou encore si le logement est déclaré non habitable pour une raison ou pour une autre.

Passé le délai de deux mois, si le locataire désire se porter acquéreur, il dispose de quatre mois pour finaliser son achat, notamment s’il fait une demande de prêt. Et s’il refuse, vous pouvez proposer votre logement à la vente à qui bon vous semblera.

Et vous ? Vous êtes-vous déjà trouvé dans ce cas de figure en tant que propriétaire ou locataire ? Venez nous faire part de votre expérience sur le blog, il est là pour ça !

Tags  

Suivez-nous sur