Blog > Je suis propriétaire > Comment devenir syndic bénévole
Je suis propriétaire

Comment devenir syndic bénévole

Marre de votre syndic de copropriété dont les prestations et la réactivité ne sont pas à la hauteur des honoraires ? Nous vous avons expliqué, il y a quelques post déjà, les démarches à effectuer pour le révoquer. Mais plutôt que de prospecter à nouveau du côté des professionnels, pourquoi ne pas désigner un des membres de la copropriété ? Y avez-vous pensé ? Alors, avant de vous lancer, voici ce qu’il faut savoir.

Qui peut devenir syndic bénévole ?

Le syndic bénévole est avant tout un non professionnel du secteur. À partir de ce postulat, n’importe quel copropriétaire ou son conjoint peut donc être nommé. Et pas la peine de vivre dans cette copropriété depuis un certain nombre d’années ni d’en posséder la majorité des lots pour y prétendre !

Comment se déroule sa désignation ?

C’est exactement la même démarche que pour un professionnel : il doit être élu lors d’une assemblée générale constituante (si c’est pour une création de copropriété) ou via une AG annuelle en lieu et place d’un syndic professionnel. Et comme pour tout syndic, la durée du mandat ne peut excéder trois ans. En vue de cette étape, n’oubliez pas de prévenir au moins deux mois à l’avance, par lettre recommandée avec accusé de réception, votre syndic professionnel de la tenue d’une AG à propos du « renouvellement du mandat de syndic ou élection d’un syndic bénévole ». Pensez également à bien avertir et à informer les autres copropriétaires, si vous souhaitez qu’ils se rallient à votre cause.

Quels sont les avantages ?

Et c’est bien ce que vous devrez argumenter auprès des autres membres de la « copro »… On évoque souvent, en tout premier point, l’indéniable réduction des coûts. C’est un fait, mais attention : ne vous faites point d’illusion pour autant, l’entretien d’une copropriété inclut de nombreux frais et il faut tabler en moyenne sur une note globale de 20 à 30 % inférieure à celle des professionnels. Au-delà de l’aspect financier, beaucoup de copropriétaires passés à un syndic bénévole trouvent ce système de gestion plus réactif face aux petits incidents de la vie quotidienne (fuites d’eau, ampoules grillées, etc.) et en matière de nouveaux projets (installer un ascenseur, réaménager le jardin, etc.). Idéal donc pour les petites copropriétés, qui y gagnent autant en rapidité qu’en convivialité.

Peut-on rémunérer le bénévole ?

Contrairement à l’idée reçue, le bénévole peut percevoir de l’argent. Il est tout d’abord défrayé pour les dépenses effectuées dans le cadre de la gestion (remboursement des frais de courrier, de téléphone ou d’assurance). Mais il peut également être indemnisé de façon forfaitaire pour le temps qu’il consacre à cette même gestion (temps de négociation passé pour démarcher et comparer différents artisans, préparations des AG, etc.). Même s’il n’est pas à proprement parler un salarié, cette disposition est à inclure dans le budget prévisionnel voté par la majorité des copropriétaires lors de l’AG.

Les qualités requises d’un parfait syndic bénévole

Ne s’improvise pas syndic qui veut ! La fonction nécessite du temps mais aussi de nombreuses connaissances en matières juridiques (lois de copropriété, convention collective des gardiens et employés d’immeuble, recouvrement des charges, suivi du carnet d’entretien, règles de sécurité…). À cela s’ajoute donc un certain goût de l’organisation et de solides notions de comptabilité. Enfin, on attend de lui une aptitude certaine à la communication et à la négociation. Si vous vous sentez prêts à endosser cette responsabilité, pas de panique, de nombreux ouvrages en la matière et une multitude d’associations peuvent vous y aider.

Et vous, êtes-vous passé au syndic bénévole ? En êtes-vous satisfait ? Devenir syndic bénévole, l’expérience vous tente ? Exprimez-vous, le blog est fait pour ça !

 

Tags  

Suivez-nous sur