Blog > J'aménage > Isoler son logement des bruits des voisins du dessus
J'aménage

Isoler son logement des bruits des voisins du dessus

Nous l’évoquions la dernière fois, la meilleure solution en matière de réduction des bruits de voisinage sera toujours de trouver un arrangement amiable avec ses voisins. Demandez à vos voisins du dessus de se déchausser en entrant chez eux, de coller des feutrines sous les pieds de leurs chaises, de ne pas poser leurs enceintes de home cinema directement sur le sol…

L’idéal en matière de réduction des bruits est aussi de proposer à vos voisins du dessus de poser un isolant phonique ou un revêtement qui aura la faculté d’amortir les bruits de chocs sur leur plancher. Cette opération s’avérera toujours plus efficace que d’isoler votre plafond.

La pose d’un revêtement souple sur le plancher est une solution peu onéreuse et efficace sur les bruits de choc ou les bruits dits d’impact : bruits de pas, bruits de chute, bruit de frottement de meubles… PVC, linoléums et moquette sur sous-couche de caoutchouc pourront ainsi réduire les bruits d’impact de 15 à 30 dB.

Il est également possible de proposer aux voisins du dessus de poser une sous-couche au-dessus du sol dur actuel (plancher ou carrelage), qui sera elle-même recouverte par un autre revêtement. La plupart des parquets vendus actuellement sont désormais pourvus d’une sous-couche acoustique.
Attention, si vos voisins du dessus acceptent de poser un revêtement qui amortira les chocs, cela n’aura pour autant que peu d’effet sur les bruits aériens en provenance de leur logement (cris, télévision, chaîne hi-fi…).

Si vos voisins refusent d’effectuer une modification de leur revêtement de sol ou si celle-ci s’avère insuffisante, il reste la solution de faire réaliser par un professionnel qualifié une isolation phonique au niveau de votre plafond.
Il s’agit de faire poser un système de plafond suspendu isolant. Celui-ci sera composé d’une ossature métallique – sans connexion avec le plafond, ou alors fixée au plafond avec des suspentes antivibratiles, d’un isolant souple et de plaques de parement.

Cette isolation peut se révéler insuffisante, et il sera peut être nécessaire d’isoler les murs par lesquels les bruits peuvent se propager. Il faut savoir que murs de briques et les carreaux de plâtre sont de très mauvais élèves en matière d’isolation phonique.

L’inconvénient de l’isolation des murs est qu’elle implique une perte d’espace.
Les complexes de doublage à coller directement sur le parement ont une épaisseur minimum de 7cm. Les doublages sur ossatures métalliques affichent quant à eux une épaisseur de 10cm ou davantage; mais il s’agit de la méthode la plus efficace.

Les bruits notamment aériens peuvent se propager par les chemins les plus détournés et les « portes d’entrée » les plus discrètes. Ainsi, il est possible que l’isolation conjuguée du plafond et des murs se révèle insuffisante si une canalisation ou un conduit de cheminée relie son logement à celui d’où proviennent les bruits.

Source, et pour plus de détails techniques : CIDB (Centre d’Information et de Documentation contre le Bruit).

Avant d’entamer des travaux qui relèvent de l’isolation phonique, il est conseillé de s’adresser à une entreprise qualifiée en la matière et/ou un acousticien.

Pour lutter à la source contre le bruit des voisins, pour découvrir la réglementation, les démarches, les recours et solutions envisageables, on peut lire les articles déjà parus sur le blog sur le bruit et le voisinage :

– les bruits de voisinage : qu’est-ce que c’est ?
– les « bruits de comportement » des voisins : que peut-on faire ?

On peut lire aussi les articles déjà parus sur Tout Mon Immobilier et qui concernent les aides financières à l’isolation de son logement :

– Mieux gérer ses dépenses énergétiques dans son logement : améliorer l’isolation en bénéficiant d’aides financières
– Mieux gérer ses dépenses énergétiques dans son logement : les autres aides financières pour l’isolation de son logement

Tags  

Suivez-nous sur