Strasbourg : Des prix toujours attractifs sur un marché qui ralentit

À l’occasion du Salon régional de l’Immobilier Alsace, qui se tenait du 5 au 7 octobre à Strasbourg, Logic-Immo.com a réuni sept professionnels pour un petit tour d’horizon du marché local. Ce qu’il faut retenir.

Propos recueillis par Adriaan Reyntjes

Des prix toujours abordables…

Sur Strasbourg et son agglomération, «on constate une stabilisation des prix en dépit de quelques légères baisses ici et là», observe Olivier Bierry, directeur de Résidence 2000 (réseau Orpi). Dans le secteur du centre-ville, le prix du mètre carré ressort en moyenne à 2 450 euros au premier semestre, tandis qu’il se situe autour de 2 100 euros dans la communauté urbaine de Strasbourg (CUS). «Les prix ont retrouvé leur niveau d’avant 2008», souligne-t-il.

… mais des volumes en baisse

Constat identique du côté de maître Philippe Walter, président de la Chambre des Notaires du Bas-Rhin : «la tendance est la stagnation des prix». En revanche, en terme de volume de transactions, on observe une baisse significative, de l’ordre de 20 à 30 % selon les régions par rapport à l’année 2011. «En se basant sur les avant-contrats (compromis de vente et promesse de vente), l’Alsace enregistre un recul d’environ 20 %».

Le logement social, une vraie opportunité pour les primo-accédants

Dans le contexte économique actuel, «se tourner vers une coopérative de logements sociaux pour accéder à la propriété, est une réelle opportunité», conseille Laurent Kohler, directeur général de la société coopérative d’HLM Habitat de l’Ill. «D’autant qu’aujourd’hui, nos prix de vente pour accéder à la propriété dans la communauté urbaine de Strasbourg se situent à 2 200, 2 300 euros le mètre carré. Un logement neuf «classique» culmine à 2 800, 3 000 euros du mètre carré».

Attention à l’entrée en application de la RT 2012

«Faire construire sa maison individuelle, c’est le projet d’une vie», remarque Stéphane Aufsatz, directeur de Maisons Claude Rizzon Alsace. D’où l’importance pour les futurs acquéreurs de suivre la règlementation thermique (RT 2012) qui s’imposera à tous les permis de construire déposés à compter du 1er janvier 2013. « Cela devrait renchérir le coût de construction d’une maison d’environ de 10 à 15 % en moyenne », calcule-t-il. Mais générer à terme de substantielles économies d’énergie.

Diagnostics immobiliers obligatoires, une vaste fourchette de prix

Christian Zeler, délégué Alsace-Lorraine de chez Agenda Etudim rappelle qu’il existe pas moins de 7 diagnostics obligatoires selon la nature et l’année de construction du bien (plomb, amiante, DPE…). En terme de prix, «cela peut aller de 90 euros pour le diagnostic de performance énergétique dans un petit appartement à 800-900 euros pour l’ensemble des diagnostics dans une maison», insiste-t-il.

Taux immobilier, c’est le moment d’en profiter !

Paradoxalement, «alors que les taux d’intérêt sont à des niveaux historiquement bas, la demande de crédits immobiliers est nettement inférieure à 2011», affirme Bruno Willerval. Actuellement, «un emprunteur peut obtenir un taux d’environ 3 % pour un emprunt sur une durée de 15 ou 20 ans».

Les Français se tournent de plus en plus vers les courtiers

44 %. C’est la part des crédits immobiliers octroyée par des courtiers en moyenne sur l’Europe quand la France se situe à 21 %. «Ceci étant, les ménages Français ont de plus en plus le réflexe de s’adresser un courtier grâce notamment à nos partenariats avec les banques qui nous permettent d’obtenir des taux très attractifs», précise Christophe Hecker, directeur de secteur chez le courtier Meilleurtaux Saverne-Obernai-Brumath.

Séverine AMATE, Directrice de la Communication Logic-Immo.com

« À travers son baromètre et son indice du moral immobilier, Logic-Immo.com met en lumière les préoccupations des personnes en phase d’acquisition d’un bien. Les derniers chiffres permettent de détecter une certaine réticence des futurs acquéreurs en ce qui concerne l’évolution du marché immobilier. La crainte d’une détérioration du contexte économique pèse sur leur projet d’acquisition. Néanmoins, ils sont de plus en plus nombreux à attendre une baisse des prix dans les six prochains mois. Si seuls 11% envisageaient cette possibilité en janvier 2011, ils sont désormais 52% à anticiper ce retournement en octobre 2012. Les futurs acquéreurs sont dans l’attente franche d’une baisse des prix avant toute action d’acquisition. »

 

 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook