A La Rochelle, l’immobilier reste une valeur refuge !

Du 17 au 19 février, s’est tenu le XIIème salon de l’Immobilier à l’Espace Encan. Les experts conviés par Logic-immo.com ont fait le point sur le marché local.

Dès le début le ton a été donné par les six experts invités à s’exprimer autour de la table ronde «Tout savoir pour réussir votre projet immobilier», organisée par Logic-Immo.com : « il ne s’agit pas de remettre à demain les projets immobiliers mais de profiter des opportunités offertes car elles existent ! ». Un conseil rassurant en ce début d’année marqué par l’arrivée de mesures restrictives liées au plan de rigueur qui n’ont pas épargné l’immobilier.

Notre département, la Charente Maritime séduit les futurs acquéreurs mais plus à n’importe quel prix… Me Vicq François-Xavier, notaire, introduit en disant que « s’il y a deux ou trois ans tout se vendait à des prix incroyables, aujourd’hui, un bon produit se vend au prix et pas au-delà ». Acheter un trois pièces à la Rochelle peut varier entre 120.000 et 200.000 € selon le secteur. Acheter et vendre au juste prix est le souhait partagé par la majorité. Isabelle Mathieu, Présidente de la FNAIM Charente Maritime, conforte l’idée en invoquant le fait «qu’aujourd’hui, les biens se vendent au prix du marché alors qu’il y a trois ou quatre ans on pouvait vendre entre 20 et 30 % plus cher. Toutefois, le marché est totalement différent dans des secteurs tels que l’Île de Ré notamment où la demande est toujours fortement supérieure à l’offre, les prix ne diminuant pas». Elle conclut en ajoutant «qu’il n’y a pas de bon ou de mauvais moment pour un projet immobilier, il faut faire appel aux professionnels car des solutions existent». De son côté, Marie Claude Cabal, diagnostiqueur chez Cabinet Jean-Louis CABAL, insiste sur l’utilité de «faire réaliser tous les diagnostics imposés par la réglementation et déterminés par l’année de construction du bien avant sa mise en vente afin d’éviter tout litige après l’acquisition du bien.»

Si dans l’ancien, les prix tendent à se rapprocher d’une certaine réalité et laissent présager un retour à l’équilibre entre l’offre et la demande, le marché du neuf tire aussi son épingle du jeu. Eric Baudon, BSP Promotion, précise « qu’investir dans un programme neuf doit avant tout être réalisé pour se constituer un patrimoine ». Il ajoute que même si les stocks ne sont pas énormes, « il reste de belles opportunités à saisir avant la fin du Scellier ». Ainsi, un programme en hyper centre, aux normes BBC, affichera un prix moyen de 5500 €/m2. En première couronne et dans des quartiers plus excentrés, la moyenne des prix ne dépassera pas 3300 €/m2. Côté constructeur, André Penaud, précise que « même si les nouvelles normes imposées augmentent en moyenne le prix de construction de 8 % », il est utile de préciser que cet effort d’investissement sera vite rentabilisé par des économies d’énergie importantes.

Si l’on parle d’augmentation des taux avec une moyenne estimée à 4.50%, Dominique Regert, Crédit Immobilier de France Sud Ouest maintient « qu’il reste historiquement bas ». Chaque emprunteur est un cas particulier et à Mme Regert d’ajouter et de conclure en disant que le « plus de trente ans de remboursement » est depuis peu envisagé pour répondre aux besoins d’acquisition.

Stéphanie Pécault, Directrice des études Logic-Immo.com

« À travers son baromètre et son indice de confiance de l’immobilier, Logic-Immo.com met en lumière les préoccupations des personnes en phase d’acquisition d’un bien. Les derniers chiffres permettent de détecter une certaine réticence des futurs acquéreurs en ce qui concerne l’évolution du marché immobilier. La crainte d’une détérioration du contexte économique pèse sur leur projet d’acquisition. Par ailleurs, ils sont de plus en plus nombreux à attendre une baisse des prix dans les six prochains mois. Si seuls 11 % envisageaient cette possibilité en janvier 2011, ils étaient désormais 42 % à anticiper ce retournement en octobre 2011. D’après les premières estimations, cette attente se renforce en début d’année : si jusqu’à présent le contexte de campagne électorale avait peu d’impact sur le marché immobilier, début 2012, un nombre croissant de futurs propriétaires sont tentés de retarder leur projet immobilier. »

 

Un commentaire
  1. BUGEAU

    MON immeuble à vendre ne trouve pas preneur depuis 3 ans ? avec des locations
    à st genis de saintonge !!! encore attendre

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook