A Clermont Ferrand, l’immobilier reste une valeur refuge !

Du 9 au 12 mars, s’est tenu le salon de l’habitat à la Grande Halle d’Auvergne. Les experts conviés par Logic-immo.com ont fait le point sur le marché local.

Dès le début le ton est donné par les six experts invités à s’exprimer autour de la table ronde «Tout savoir pour réussir votre projet immobilier» organi­sée par Logic-Immo.com : «il ne s’agit pas de remettre à demain les projets immobiliers mais de profiter des opportunités offertes car elles existent ! ».

Un conseil rassurant en ce début d’année marqué par l’arrivée de mesures restrictives liées au plan de rigueur qui n’ont pas épargné l’immobilier. «Sur le Puy de Dôme, le marché de l’immobilier ancien reste dynamique et enregistre une évolution de 6.8% en 2011 avec un prix moyen de 1 669 €/m2» précise Maître Letellier, notaire sur Clermont Ferrand. Un constat confirmé par Laurent Gamot, Président régional FNAIM qui précise que «le marché de l’immobilier ancien sur Clermont-Ferrand et ses environs est caractérisé par une offre qui reste inférieure à la demande et des prix au m² qui restent stables depuis 2008 pouvant être amenés dans les mois qui viennent à augmenter à cause d’un manque d’offres».

Sur le segment du neuf, Maître Letellier poursuit en invoquant «un léger recul (-3.4%) avec un prix moyen de 2 826 €/m2» Philippe Vigneron, Président Régional Auvergne de la FPI ajoute que «les ventes de programmes neufs sur l’agglomération Clermontoise se destinent davantage à des acquéreurs qui les intègrent à un patrimoine immobilier locatif qu’à des primo-accédants intéressés par une résidence principale. Pour autant la part des acquéreurs à but locatif reste stable sans cependant être inférieure à 60 % des ventes.» Il ajoute que «depuis 5 ans un autre profil d’acquéreurs apparaît, celui des jeunes retraités qui trouvent en cet achat un placement sécurisé, synonyme de préservation du capital investi et source de revenu complémentaire à leurs retraites.» Maître Letellier conclut le bilan du marché en disant que «l’enveloppe budgétaire pour l’acquisition d’une maison se situe en moyenne aux alentours de 157 900€ (+5.9% par rapport à 2010) et de 52 800€ (+ 1.3% par rapport à 2010) pour un terrain à bâtir.»

Une augmentation du prix d’acquisition dans le neuf générée par le label BBC et les autres normes ? Sylvain Massonneau, Président Régional Auvergne pour l’UMF maintient qu’ «avec le label BBC et la réglementation thermique 2012, les futurs acquéreurs verront la note finale de leur projet de construction individuelle augmenter de 8 à 14%. Toutefois, ces dépenses seront très vite rentabilisées par des économies d’énergie importantes.» Un bilan du marché immobilier relativement optimiste, traduisant un dynamisme certain de la part des professionnels et une volonté affirmée d’acheter de la part des futurs acquéreurs.

Des institutionnels bancaires toujours prêts à financer. Daniel Druet, Crédit Immobilier de France, responsable du secteur Rhône précise que «le Crédit immobilier de France développe actuellement des options de crédit adaptées pourvues de nombreuses garanties, visant à sécuriser le recours à l’emprunt, tout en le rendant plus attractif. Des formules de crédit permettent d’optimiser la mensualité et de gagner jusqu’à 15% sur une mensualité classique ou d’augmenter le pouvoir d’achat». Choisir le Crédit Immobilier de France pour faire son prêt immobilier, c’est aussi avoir la liberté de conserver sa banque. En conclusion, il serait dommage de retarder son projet d’acquisition pour une raison de financement sachant que les taux restent à date «historiquement bas».

SÉVERINE AMATE, Directrice de la Communication Logic-Immo.com

« À travers son baromètre et son indice de confiance de l’immobilier, Logic-Immo.com met en lumière les préoccupations des personnes en phase d’acquisition d’un bien. Les derniers chiffres permettent de détecter une certaine réticence des futurs acquéreurs en ce qui concerne l’évolution du marché immobilier. La crainte d’une détérioration du contexte économique pèse sur leur projet d’acquisition. Par ailleurs, ils sont de plus en plus nombreux à attendre une baisse des prix dans les six prochains mois. Si seuls 11 % envisageaient cette possibilité en janvier 2011, ils étaient désormais 42 % à anticiper ce retournement en octobre 2011. D’après les premières estimations, cette attente se renforce en début d’année : si jusqu’à présent le contexte de campagne électorale avait peu d’impact sur le marché immobilier, début 2012, un nombre croissant de futurs propriétaires sont tentés de retarder leur projet immobilier. »

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook