À Paris et en Île-de-France le marché ralentit, profitez-en !

À l’occasion du Salon immobilier de Paris, Logic-Immo.com a convié six professionnels à faire un tour d’horizon du marché local. Les moments forts de cette table ronde animée par Ariane Artinian.

Baisse des volumes sur fond de hausse des prix

Sur le marché francilien, «on assiste à une baisse sensible des volumes par rapport à l’année dernière », souligne maître Dumont, notaire à Montreuil. Au 2ème trimestre 2012, les transactions ont chuté de 21% par rapport à la même période de 2011. «Le paradoxe du marché francilien, c’est qu’en dépit de cette baisse des volumes, les prix ont augmenté», explique-t-il. Une hausse qui devrait s’interrompre, «les prix ayant atteint un seuil critique eu égard à la solvabilité des acquéreurs» avec un mètre carré parisien à 8410€ !

Vers une stabilisation des prix parisiens ?

Pour l’ensemble de l’Île-de-France, la variation des prix par rapport au 1er trimestre s’est traduite par une faible hausse de 0,3%. «Si les prix restent donc encore relativement élevés, le marché Francilien semble amorcer une période de stagnation, constate Aldo Macina de Citya Immobilier. Cette phase s’explique principalement par l’attentisme des acteurs du marché».

Attention à l’étiquette énergétique

Sur le front des diagnostics immobiliers obligatoires (gaz, électricité…), Jean-Marc Moinard de chez Avicéa constate un phénomène nouveau, «les acquéreurs sont de plus en plus attentifs à la performance énergétique du logement». Le diagnostic de performance énergétique est désormais un paramètre non négligeable dans l’acquisition bien, «d’autant que le coût des charges a explosé ces dernières années, notamment par le prix de l’énergie».

Les investisseurs sont de retour dans le neuf

Plombé par une conjoncture économique morose et un fort taux de chômage, le moral des Français au 1er semestre n’était pas au beau fixe. «Cela s’est traduit par un certain attentisme et une baisse des ventes dans le neuf de 30% par rapport au 1er semestre 2011, explique Fabrice Chardin du Crédit Agricole Immobilier. Cependant, depuis le mois de juillet, on constate un retour des investisseurs».

Taux immobilier, c’est le moment d’emprunter !

Alors que les taux sont à des niveaux historiquement bas (sous les 4 %), Estelle Laurent du courtier Credixia rappelle l’importance «d’une bonne gestion de compte» lors d’une demande de prêt. «Il est indispensable de nettoyer ses comptes trois mois avant de présenter sa demande de financement à son banquier. Les découverts à répétition sont à bannir», insiste-t-elle.

La maison individuelle en repli

Au 1er semestre 2012, les ventes de maisons individuelles ont chuté de 10% par rapport à la même période de 2011. Malgré des résultats en berne, Olivier Leroux de Lens de l’Union des Maisons Françaises reste optimiste : « la demande de logement est forte et la maison individuelle reste l’idéal des français en matière de logement ».

Séverine AMATE, Directrice de la Communication Logic-Immo.com

« À travers son baromètre et son indice du moral immobilier, Logic-Immo.com met en lumière les préoccupations des personnes en phase d’acquisition d’un bien. Les derniers chiffres permettent de détecter une certaine réticence des futurs acquéreurs en ce qui concerne l’évolution du marché immobilier. La crainte d’une détérioration du contexte économique pèse sur leur projet d’acquisition. Néanmoins, ils sont de plus en plus nombreux à attendre une baisse des prix dans les six prochains mois. Si seuls 11% envisageaient cette possibilité en janvier 2011, ils sont désormais 52% à anticiper ce retournement en octobre 2012. Le s futurs acquéreurs sont dans l’attente franche d’une baisse des prix avant toute action d’acquisition.»

 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook