A Aix, l’immobilier reste une valeur refuge !


Du 13 au 15 avril, s’est tenue la 6ème édition du Salon de l’Immobilier du Pays d’Aix. Les experts conviés par Logic-Immo.com ont fait le point sur le marché local.

Dès le début le ton est donné par les six experts invités à s’exprimer autour de la table ronde «Tout savoir pour réussir votre projet immobilier», organi­sée par Logic-Immo.com : «il ne s’agit pas de remettre à demain les projets immobiliers mais de profiter des opportunités offertes car elles existent !». Un conseil rassurant en ce début d’année marqué par l’arrivée de mesures restrictives liées au plan de rigueur qui n’ont pas épargné l’immobilier.

À Aix-en-Provence, le marché de l’ancien ne montre pas de réels signes de ralentissement… Eric Frachou, Directeur Commercial du réseau Votre Maison, introduit en disant que «le marché Aixois souffre d’une pénurie de biens à la vente. Un constat qui se traduit par l’absence totale de baisse de prix et une forte demande. Avec des prix qui varient de 3000 à 3200 €/m², l’immobilier ancien sur Aix-en-Provence a de beaux jours devant lui. L’arrêt du PTZ+ et la fin des plus-values entraîneront un ralentissement certain des acquisitions mais à date, nous manquons de recul pour nous en rendre compte».

Quant au marché du neuf, celui-ci ne suffit pas non plus à satisfaire la demande… Patrick Alary, Président de la FPI Provence explique que «le marché du neuf est très actif sur la région et se confronte aussi à une pénurie de l’offre face à une demande soutenue. A fin mars, seuls 400 logements neufs restaient à la vente, soit l’équivalent de trois mois de mise en vente seulement. En terme de prix, près de 20% seulement des programmes à la vente affichent des prix entre 3600 € et 4000 €/m² et 60% sont supérieurs à 4000 €/m². Le foncier Aixois peine à se libérer et les quelques programmes à la vente traduisent côté prix cette absence d’offre». Bruno Guerra, Président de l’UMF précise que côté construction, «si d’ordinaire dans les autres régions de France, les 2/3 du budget s’orientent vers l’achat du terrain et le tiers restant à la construction, ici, sur la région d’Aix les rapports sont inversés». Il précise que «les coûts de construction varient de 1000 € pour des prestations basiques à 2000 €/m² pour du haut de gamme». À la question du prix d’acquisition du terrain et sa localisation, Bruno Guerra conclut en précisant qu’il «est tout à fait possible d’acheter un terrain sur Aix-en-Provence avec un budget minimum de 400000 € mais pas moins». Faire construire sa maison, le rêve de plus de 80% des français sur la région d’Aix reste envisageable et raisonnable à l’extérieur, conclut-il, «dans des villages comme Puyricard, Meyreuil… où les prix du foncier sont inférieurs à 300000 €». Le conseil unanime donné aux futurs acquéreurs est de ne pas attendre en espérant une baisse des prix pour investir car la demande reste structurellement supérieure à l’offre.

De plus, les institutionnels bancaires continuent de prêter… explique Dominique Velay, représentante de la Caisse d’Epargne Provence Alpes Corse. «La fluctuation des taux ne doit pas être déterminant dans le choix du futur acquéreur». À Thierry Schmitt, courtier pour ACE Crédit Aix-en-Provence de préciser que les «banques prêtent mais elles ont renforcé leurs critères d’octroi de crédit. Chaque dossier est unique et il est important que les futurs acquéreurs ne s’autocensurent pas avant même d’avoir fait la démarche de financement. Le rôle d’un courtier d’ailleurs consiste à accompagner le futur acquéreur dans le choix de la banque qui concrétisera au mieux son projet».

La question ne semble plus se poser : il faut acheter en gardant en tête que «faire réaliser un diagnostic immobilier est très important avant l’achat, notamment dans l’ancien, pour éviter les mauvaises surprises» déclare Benjamin Odul, diagnostiqueur chez Active Diag13.

 

Stéphanie Pécault, Directrice des études Logic-Immo.com

« À travers son baromètre et son indice de confiance de l’immobilier, Logic-Immo.com met en lumière les préoccupations des personnes en phase d’acquisition d’un bien. Les derniers chiffres permettent de détecter une certaine réticence des futurs acquéreurs en ce qui concerne l’évolution du marché immobilier. La crainte d’une détérioration du contexte économique pèse sur leur projet d’acquisition. Par ailleurs, ils sont de plus en plus nombreux à attendre une baisse des prix dans les six prochains mois. Si seuls 11 % envisageaient cette possibilité en janvier 2011, ils étaient désormais 42 % à anticiper ce retournement en octobre 2011. D’après les premières estimations, cette attente se renforce en début d’année : si jusqu’à présent le contexte de campagne électorale avait peu d’impact sur le marché immobilier, début 2012, un nombre croissant de futurs propriétaires sont tentés de retarder leur projet immobilier. »

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook