Questions d'argent et de droit

Taxe d’habitation 2/2 : Les situations particulières

Colocation, exonération, résidence secondaire, redevance audiovisuelle, zoom sur ces cas particuliers qui permettent (ou non) d’échapper ou de réduire sa taxe d’habitation.

 

 

Colocation: qui paie la taxe d’habitation?

L’administration fiscale adresse un seul avis d’imposition par logement, même en cas de colocation. En général, le document mentionne le nom d’un colocataire: c’est à lui de régler le montant de la taxe d’habitation et de réclamer par la suite la somme avancée aux autres occupants. Deux colocataires peuvent cependant recevoir le même avis: ils sont solidairement responsables du règlement du montant exigé.

 

Exonération: qui en bénéficie? 

Les personnes âgées de plus 60 ans, les bénéficiaires du RSA ou de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) ou de l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI) ou encore de l’allocation adulte handicapé. Autres conditions d’exonération totale de la taxe d’habitation: être veuf ou reconnu inapte au travail pour cause d’invalidité ou encore disposer de ressources insuffisantes (10.815 euros ou moins par an). Enfin, les étudiants logés dans une résidence du CROUS ou d’un organisme similaire sont également exonérés.

 

Qui est exonéré de la redevance audiovisuelle?

Si vous ne possédez pas de télévision, aucune redevance télévisuelle ne vous sera réclamée. Vous êtes également exonéré du règlement de la redevance audiovisuelle si vous ne payez pas de taxe d’habitation. Il en va de même pour les personnes handicapées, les personnes âgées de plus de 75 ans et/ou résidant en maison de retraite.

 

Êtes-vous concernés par la suppression de la taxe d’habitation?

80% des foyers français bénéficient cette année d’un dégrèvement de 30% de la taxe d’habitation. Pour être éligible à cette réforme, il faut avoir déclaré moins de 27.000 euros d’impôts en 2017 pour une personne célibataire, moins de 43.000 euros pour un couple et moins de 55.000 euros pour un couple avec deux enfants. Utilisez ce simulateur pour découvrir si vous êtes concernés.

 

Le cas des résidences secondaires

Même si vous n’y séjournez que quelques jours par an, votre résidence secondaire est soumise à une taxe d’habitation. En 2018, cet impôt a considérablement augmenté dans certaines villes comme Nice ou Saint-Jean-de-Luz. Contrairement aux résidences principales, les logements secondaires ne bénéficieront pas de la réforme d’exonération qui s’appliquera à tous les ménages d’ici 2020.

 

Certains biens sont aussi exonérés de taxe foncière : découvrez-les dans cet article.

 

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags : ,
Laisser un commentaire

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook