Questions d'argent et de droit

L’investissement locatif en 5 points

A la mer, à la montagne ou en centre ville, pourquoi miser sur l’investissement locatif et comment être sûr de ne pas se tromper? On vous dit tout!

 

 

Des faibles taux d’intérêt, tu profiteras 

Avec les faibles taux de crédit actuels (entre 1 et 2%), il n’a jamais été aussi intéressant d’investir dans l’immobilier. C’est le seul actif que l’on peut financer à crédit sans apport personnel. Pendant quinze ou vingt ans, les loyers perçus permettent de rembourser son emprunt sans débourser un centime supplémentaire. Et quand sonne l’heure de la retraite, ce revenu complémentaire améliore nettement son niveau de vie.

 

Les bons placements, tu privilégieras

La rentabilité d’un investissement locatif varie entre 2 à 7 %, selon les biens. Tout le monde vous le dira: investir dans des petites surfaces est plus avantageux. Mais cela implique souvent un turnover plus important. Les étudiants ou jeunes couples changent plus fréquemment de logement que des familles bien établies. Il faut donc être prêt à effectuer plus fréquemment le casting de nouveaux locataires, prévoir d’éventuelles périodes sans loyer et des frais d’entretien pour financer une remise en état régulière.

 

Une place de choix, tu choisiras

Quand on achète pour louer, il est primordial d’opter pour un bien situé dans une agglomération et un quartier prisés. Certes, le bien coûtera plus cher à l’achat mais c’est la garantie de le louer régulièrement et de pouvoir le revendre en réalisant une plus-value. Pour faire le bon choix, mieux vaut s’informer sur l’offre et la demande auprès des agences immobilières ou sur le site des notaires de France.

 

La rentabilité, tu évalueras

Avant de signer, il est indispensable de calculer la rentabilité brute de sa potentielle acquisition. On l’obtient en divisant le loyer annuel par le prix du logement et en multipliant le résultat par 100. Un studio acheté 200 000 € et loué 750 € par mois rapporte 5,2 % (750 x 12 / 200 000 x 100 = 4,5). Pour une analyse plus fine de la rentabilité du bien, il faut aussi ajouter les frais de notaire, les charges et les impôts fonciers au montant de l’achat.

 

Les impôts, tu anticiperas

Les revenus générés par la location sont imposables à l’impôt sur le revenu. Deux régimes fiscaux sont possibles. Tout d’abord, le régime microfoncier, automatique, si le montant des loyers ne dépasse pas 15 000 euros par an. Dans ce cas de figure, le montant des loyers est imposable à hauteur de 70 % de son montant et est soumis aux prélèvements sociaux au taux de 15,5 %.

Autre possibilité: le régime aux frais réels qui s’applique si les recettes dépassent 15 000 euros. Ce système permet de déduire la totalité des charges du total des loyers, ce qui a un vrai intérêt lorsque l’on réalise des travaux importants ou qu’on a contracté un emprunt.

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags :
Laisser un commentaire

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook