Je suis locataire

Cours partagées, balcons, parties communes : On y met quoi ?

On ne plaisante pas avec les façades ! Savez-vous qu’un simple drapeau ou une jardinière fleurie sur votre balcon ne sont en réalité que « tolérés » et peuvent faire l’objet d’une plainte? Quels sont vos droits ? Que dit la loi ? Faisons le point.

 

Le règlement de copropriété, à la loupe

Avant de vous lancer dans la plantation de tomates ou d’investir dans des pots de fleurs XXL colorés, consultez le règlement de copropriété. Ce document prévoit souvent une réglementation spécifique en matière de plantations. Sachez par exemple que l’installation de jardinières et de pots de fleurs sur la rambarde est en principe autorisée, mais uniquement à l’intérieur du garde-corps pour des raisons de sécurité et d’aspect extérieur de l’immeuble. En cas de chute d’objets, gardez en tête que vous serez considérés comme responsable ! Ça mérite réflexion, non ?

 

La main verte, mais pas trop…

Si vous avez la main verte et que rien dans votre règlement de copropriété ne l’interdit, filez au marché aux fleurs. Mais méfiez-vous des espèces qui poussent trop vite et taillez-les régulièrement pour qu’elles n’envahissent pas les voisins ou qu’elles n’atteignent pas la façade de l’immeuble. Les bambous doivent être surveillés de près par exemple. Préférez aussi des pots de taille moyenne plutôt que des lourdes jarres et investissez dans des sous-pots, pour éviter les fuites d’eau sur la tête du voisin.

 

Gare aux nuisances !

Vous avez organisé un dîner avec des copains sur la terrasse et votre voisin se plaint du bruit ? Sachez que le tapage, diurne ou nocturne, est puni par la loi. Idem, si votre animal domestique a pris l’habitude de séjourner dehors, mieux vaut qu’il soit de nature discrète. En cas d’aboiement ou d’odeurs gênantes, les voisins pourront engager une action pour trouble de voisinage. Enfin, pour l’usage du barbecue, lisez attentivement le règlement de copropriété : les conditions varient d’un immeuble à l’autre. Pensez aussi à contacter la mairie pour consulter les règlements municipaux. Et au moment de craquer, préférez un barbecue électrique, qui limite le risque d’incendie. Enfin, jouez la « friendly attitude » en prévenant vos voisins de votre « grillades party » pour garantir un climat serein !

 

Le linge sale, en famille !

Si l’envie vous prend de faire sécher votre linge en extérieur, sachez que la France n’est pas l’Espagne ou l’Italie et que cette pratique est le plus souvent interdite. Cette interdiction peut figurer dans les arrêtés municipaux, les règlements de copropriété et les baux de location. Prenez connaissance des textes applicables, et contactez si besoin votre syndic ou la mairie. Car étendre son linge peut parfois être autorisé quelques heures par jour ou uniquement si le linge ne dépasse pas la hauteur du garde-corps.

 

Périmètre limitée

Chaque copropriétaire détient en plus de ses parties privatives une quote-part des parties communes. Tous les copropriétaires ont donc un droit de jouissance sur ces parties communes (sauf sur celles à usage exclusif). Mais il ne faut pas abuser de ce droit. Si vous avez pris l’habitude de ranger poussette et vélo dans le hall, vous pouvez être rappelé à l’ordre par le syndic. Il est donc préférable de poser la question aux copropriétaires avant de prendre ces aises. Cela vous évitera bien des conflits…

 

Vous voilà prêt à cohabiter en toute sérénité et à vous sentir chez vous sans froisser les voisins !

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags : , , , ,
Laisser un commentaire

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook