Blog-Logic-Immo

Propriétaires : Bien déclarer ses biens en location

 

Mal déclarer son loyer peut vous causer bien des tracas et des démarches avec les services fiscaux. Alors, pour déclarer au plus juste et comme un expert, voici notre guide du jour !

remplir sa déclaration d'impots

 

C’est un logement vide

Soumise au régime forfaitaire ou réel, la somme des loyers va déterminer le choix de l’un ou de l’autre. En clair :

Si votre revenu annuel de location n’excède pas 15 000 euros

Mieux vaut opter pour le micro-foncier, il vous permettra de profiter d’un abattement fiscal de 30% sur l’addition des loyers bruts. Une fois votre déclaration remplie, le solde calculé est automatiquement appliqué sur la somme des revenus. En revanche, si ce système est moins avantageux que le régime réel, vous n’êtes pas du tout obligé de souscrire au régime forfaitaire.

Si l’addition des loyers est au-delà de 15 000 euros

C’est le régime réel qui s’impose, car contrairement à l’option« micro-foncier », c’est obligatoire dès lors que l’addition annuelle excède les 15 000 euros. A vous alors de déclarer toutes les dépenses effectuées (amélioration, réparation, frais de gestion ainsi les provisions sur les charges de copropriété .N’oubliez pas non plus d’y inscrire la garantie des risques locatifs , la taxe foncière et même les intérêts d’emprunt.

 

Pour les meublés

Si les revenus ne dépassent pas 32 600 euros

Vous pouvez opter pour le régime Micro-Bic, l’équivalent du micro-foncier pour les meublés et bénéficier d’un abattement allant jusqu’à 50%. En revanche, vous ne pouvez déduire d’autres frais.

Au-delà de 32 600 euros

Vous passez automatiquement au régime « de bénéfices réels ».En plus des loyers, vous pouvez également déclarer les travaux d’amélioration, les impôts locaux, intérêt d’emprunt et dépenses d’entretien.

 

Qu’est-ce que le revenu net foncier ?

Il détermine votre situation, à savoir, si vous êtes en situation de bénéfice ou en déficit foncier. Pour le calculer, la soustraction est simple : c’est le montant des loyers bruts moins la somme totale des charges. Il s’applique par ailleurs aux locations vides comme meublées.

Pour un logement vide, si la somme est négative, elle peut être imputée sur votre imposition générale (sous certaines conditions). En outre, pour un meublé, le déficit calculé peut être imputé sur les bénéfices des locations sur les neuf années suivantes.

 

Mon locataire touche une aide au logement

Une fois par an, en juillet, vous êtes obligatoirement tenu de faire une déclaration auprès de la CAF. Sans cela, votre locataire ne pourrait plus bénéficier des aides. Voici la marche à suivre pour la télédéclarer en un clin d’œil : https://www.caf.fr/ma-caf/caf-de-la-mayenne/partenaires/vous-etes-proprietaire-bailleur

Et vous, trouvez-vous compliqué de déduire taxes, charges et loyers ? Pour quel régime avez-vous opté ? Dites-nous tout, le blog est là pour ça !

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Laisser un commentaire

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook