J'aménage

Quelles précautions prendre avant de faire refonctionner sa cheminée ?

Avec la chute récente des températures et la grisaille automnale, la mise en route de notre cheminée est devenue notre priorité numéro un. Mais après plusieurs mois de repos, il apparaît essentiel de suivre certaines règles et précautions afin d’éviter tout déconvenues à sa (re)mise en marche. Rassurez-vous, c’est une besogne accessible aux bricoleurs du dimanche, à condition de suivre à la lettre ces recommandations. Amis frigorifiés, lisez attentivement cet article !

Shot of a fireplace in a stylish modern house

Un prérequis : le ramonage

La première partie de cet article concerne les mauvais élèves qui n’auraient pas encore procédé au ramonage de leur cheminée. C’est pourtant une étape essentielle puisqu’elle permet d’épurer vos conduits de toute la suie et du goudron, des éléments qui constituent des risques potentiels d’incendie et d’intoxication. En plus de représenter un danger, son efficacité se trouve fortement réduite par l’encombrement des conduits avec pas moins de 10% de perte d’énergie pour un millimètre de suie. Selon le Code général des collectivités territoriales, ce petit contrôle doit s’effectuer une à deux fois par année dépendamment de la fréquence d’utilisation.

 

Le tubage

Connu sous plusieurs appellations, chemisage, gainage de cheminée, cette étape exige une certaine agilité et permet de protéger les parois de votre foyer des hautes températures. Choisissez d’abord votre tube en fonction de divers critères répondant à la forme de vos conduits (flexible, rigide, à double paroi etc). La plupart du temps ces tubages sont fabriqués en inox.

Ensuite introduisez ce tube à l’intérieur du conduit en question et tentez de le raccorder à l’âtre de votre cheminée. S’agissant d’une tâche quelque peu technique, il est recommandé de bien se renseigner sur la manipulation à effectuer. Vous regarderez avec profits certaines vidéos d’explications traînant sur le net :

Comment tuber un conduit de cheminée ?

Pour les propriétaires de cheminées anciennes ne possédant pas de tubage, vous devez être d’autant plus attentifs et effectuer de nombreux contrôle sur l’état de vos parois. Votre cheminée sera plus sujette aux risques d’intoxication.

 

Un petit ménage d’automne interne

Munissez-vous de votre matériel (mortier, truelle, brosse) pour effectuer des petits travaux de rénovation : avec la brosse –de préférence métallique- procédez à un nettoyage complet de la suie à l’intérieur de votre foyer. Si votre cheminée présente des trous entre les différentes briques, comblez-les à l’aide de votre mortier et de votre truelle. Pour ce faire, appliquer un peu de mortier dans le cratère laissé par l’usure puis répartissez uniformément le mélange avec votre truelle. A l’issue de cette étape, vous aurez une cheminée (presque) toute neuve ! Tadaaaam !

 

Et externe…

Pour impressionner les copains, ne faites pas l’impasse sur son aspect extérieur. Si vous souhaitez en faire la pièce maîtresse de votre salon, procédez à un nettoyage complet de son encadrement. La suie accumulée au fil du temps sur la pierre ou les briques d’habillage de votre foyer lui confère un aspect négligé et sale. Plusieurs produits spécifiques, tel que le « nettoyant pierre-brique cheminée» disponible en ligne sur mon magasin général, permettent de répondre à ce problème gênant.

 

Et maintenant, profitez !

Et vous, êtes-vous déjà parvenus à réaliser toutes ces étapes par vous même ?

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags :
Laisser un commentaire

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook