Je cherche un logement

Colocation : que faire en cas de problème avec son locataire ?

La colocation est de plus en plus privilégiée non seulement par les étudiants mais également par les jeunes actifs. Si un avantage financier est tiré de ce mode de vie, il peut parfois y avoir quelques complications.

Refus de paiement de loyer, de participer aux dépenses communes, ou encore des nuisances quotidiennes, ce sont les principaux problèmes rencontrés lorsque l’on vit en communauté. Voici quelques conseils pour gérer les tracas de la colocation.

Friends browsing surfing internet on tablet. Young people man guy and women girls sitting on sofa relaxing at home.

Friends browsing surfing internet on tablet. Young people man guy and women girls sitting on sofa relaxing at home.

 

Les précautions

Avant toute chose, afin d’éviter ce genre de problèmes, il est très important de bien choisir son/ses colocataire(s) avec un rythme de vie similaire et également d’instaurer des règles.

Pensez à privilégier le bail individuel plutôt que collectif, si cela est possible, car ce dernier dans la majorité des cas, vous engage solidairement, c’est à dire que chaque colocataire est responsable de la totalité du loyer, des charges ainsi que d’éventuelles dégradations, donc en cas d’impayé le propriétaire est en droit de demander le paiement à n’importe quel autre locataire.

La discussion pour régler les conflits

Lorsque l’on vit en communauté, il est important de communiquer. Si quelque chose vous gêne ou ne vous convient pas, parlez-en afin d’éviter que cela ne se reproduise.

L’instauration de règles est extrêmement importante, n’hésitez pas à les rappeler. Le respect de l’espace de chacun reste la clé d’une bonne entente et cela passe forcément par un ensemble de prescriptions.

 

En cas de bail solidaire (bail collectif avec clause de solidarité) et de loyer impayé

Dans le cadre d’un contrat solidaire impliquant donc une clause de solidarité, si votre colocataire ne paye pas sa part du loyer ou les charges et n’est pas solvable, le propriétaire est en droit de vous demander le paiement de la somme due.
Par la suite vous pouvez demander le remboursement de sa part via une mise en demeure puis le cas échéant par une action en justice.

Quitter la colocation

Si les problèmes persistent et que vous pensez mettre fin à la colocation, il faudra donner congé auprès du propriétaire dans les conditions prévues par le bail. Dans le cadre d’un contrat individuel, vous devrez transmettre son congé via une lettre recommandée avec accusé de réception dans un délai de trois mois pour un logement vide, qui peut être réduit à un mois dans certains cas. Le délai est d’un mois pour un logement meublé.

En cas de bail collectif, donner congé reste soumis à des conditions plus strictes. S’il n’y a pas de clause de solidarité vous serez tenu de payer le loyer ainsi que les charges jusqu’à votre départ effectif. En revanche en cas de clause de solidarité, depuis la loi ALUR du 27 mai 2014, si votre bail a été signé après cette date, vous restez solidaire jusqu’à l’arrivée d’un colocataire remplaçant, à défaut vous resterez solidaire six mois après la date d’effet du congé.

Et vous, avez-vous déjà rencontré des problèmes avec votre locataire dans le cas d’une colocation ? Faites-nous part de vos témoignages, le blog est fait pour ça ! 

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags : , , , , ,
2 commentaires
  1. pasquier lucien

    chercher maison avec deux chambre pas tois loin de Quesnoy sur deule les envrions

  2. Colocation appartement

    J’ai vécu 3 ans en colocation. Magnifique aventure. Bien sûr, Faut la chance de trouver de bons coloc… 🙂

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook