Je cherche un logement

Quoi de neuf du côté du crowdfunding immobilier ?

Le crowdfunding n’est plus une notion qui vous échappe si vous suivez notre blog. En revanche, il y a du nouveau car depuis le 1er octobre, un décret clarifie les choses et ouvre aux particuliers la possibilité de contribuer à un financement participatif sous forme de prêts. Alors, pour tout savoir sur ce mode de financement, suivez le guide !

Le concept du crowdfunding en quelques lignes

Suivant le même principe que les sites participatifs qui invitent à financer en partie le futur album d’un artiste, le lancement d’une marque de vêtements ou l’édition d’un livre, le crowdfunding immobilier propose aux particuliers d’investir dans la pierre. À hauteur de 1000 euros minimum, vous décidez alors d’investir dans la construction d’un bien immobilier et, une fois le projet réalisé et les premiers locataires installés, vous recevez une part des rendements locatifs proportionnelle à votre investissement initial.

Crowdfunding immobilier

Un secteur qui a le vent en poupe

Déjà bien présent dans le monde, le crowdfunding ou financement participatif connaît aussi un réel succès chez nous. Selon l’association Financement participatif France (FPF), les Français auraient consacré quelque 66,4 millions d’euros au cours des six premiers mois de 2014.

Que va changer le nouveau décret ?

Des professionnels du secteur plus encadrés. Sa première vertu est de rassurer les aspirants investisseurs en créant un statut spécifique pour les conseillers en investissement participatif. À l’image d’un courtier en prêts immobiliers qui vous conseille de manière impartiale sur les taux d’emprunt les plus attractifs et en fonction de votre capacité financière, le conseiller en investissement participatif est là pour vous indiquer les opportunités intéressantes, en tenant compte de votre budget et de la rentabilité souhaitée.

Ce nouveau cadre plus est plus sécurisé et axé sur le respect des procédures et de l’information donnée aux souscripteurs. Le décret précise notamment les conditions spécifiques (diplôme, expérience professionnelle, etc.) pour accéder à la profession de conseiller et être dûment inscrit au registre de l’Orias, le seul dédié aux intermédiaires en assurance, banque et finances.

Le financement participatif sous forme de prêts. Lorsqu’un prêt est accordé dans le cadre d’un financement participatif, cela s’appelle le crowdlending. Le nouveau décret en vigueur ouvre désormais ce dispositif aux particuliers en leur permettant de prêter de l’argent, en respectant néanmoins certaines règles.

– Pour les prêts avec intérêts, les particuliers peuvent financer un porteur de projet dans la limite de 1000 euros (par personne et par projet) et pour une durée n’excédant pas 7 ans.

– Pour les prêts sans intérêts, le financement est limité à 4000 euros par personne et par projet.

– Enfin, le porteur de projet ne peut emprunter au-delà d’un million d’euros pour son projet.

Et vous, que pensez-vous du crowdfunding ? Est-il selon vous une nouvelle opportunité d’investissement et en avez-vous déjà fait l’expérience ? Le cas échéant, seriez-vous tenté de contribuer financièrement à un projet participatif dans l’immobilier ? Dites-nous tout, le blog est là pour ça !

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags :
3 commentaires
  1. bouchayer

    Interessé par crowd fund et crowd lending

  2. Kaouche

    Vive l’investissement participatif ! et merci aux donateurs !
    Une petite question : l’IP peut-il servir à financier des projets immobiliers à titre gratuit ou doit-on toujours passer par des prêts et donc des remboursements?
    Sam de Sedan

  3. albert alan abehsera

    il y a vraiment des gens qui pretent sans interet ?

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook