Observatoire de l'immobilier

Marché immobilier national : les chiffres de l’extrême

Ce constat vous a sûrement déjà sauté aux yeux au gré de vos recherches de logement ou de vos déplacements çà et là dans l’hexagone : les villes françaises de plus de 30 000 habitants affichent de très fortes disparités de prix, en passant parfois du simple au triple, voire au quadruple, pour un même type de bien.

Le réseau Orpi s’est penché sur la question en réalisant une étude basée sur l’activité de ses 1 250 agences présentes sur le territoire durant les quatre premiers mois de 2014. Fort de ces chiffres, le réseau délivre ainsi des informations précieuses à un instant donné, pour mieux connaître le marché à l’échelle nationale et les opportunités qu’il recèle dans un contexte des plus hétérogènes.

Le littoral atlantique, les grands paradoxes

Si la ville de Saint-Brieuc connaît la plus forte variation avec une baisse de 41 % du prix des maisons, Saint-Nazaire affiche également un fléchissement significatif de l’ordre de – 21 % sur le prix de vente de ses appartements. Pas si loin de là, surprise : Pornichet et Le Croisic tiennent, elles, la palme des villes où les prix moyens sont les plus élevés à la vente. L’étude révèle qu’en moyenne, une maison s’y négocie autour de 698 286 euros, contre 320 456 euros pour un appartement.

Le Sud, valeur sûre, mais à quel prix…

Cannes

Le saviez-vous ? Après Paris, Cannes est la ville française la plus chère en matière d’achat immobilier. Le mètre carré s’y négocie en moyenne encà 5 256 euros. Victimes de leur succès, les Alpes-Maritimes et le Var affichent des tarifs toujours très élevés, qui talonnent d’un peu trop près ceux de la capitale…

L’Île-de-France : le grand écart

Paris et sa région drainent pas moins de 11,8 millions d’habitants  (source : Insee). Au cœur de ses 12 000 km2 que se partagent ses huit départements, l’Île-de-France observe de fortes variations de prix. Pour preuve : si le coût d’un appartement ancien est de 8 098 euros/m2 à Paris, il chute à 1 330 euros/m2 à Clichy-sous-Bois (93), à tout juste 15 kilomètres de la capitale. Les écarts entre petite et grande couronne sont d’autant plus flagrants lorsque l’on compare les prix pratiqué à Clamart ou à Vincennes, où les maisons anciennes s’échangent autour de 769 286 euros, à ceux de villes comme Cergy ou Corbeil-Essonnes, les plus abordable de la région et où, pour l’achat d’un pavillon, il ne faudra débourser que quelque 241 000 euros…

Tous azimuts : des chiffres et des villes

Les villes où le prix de vente moyen est le plus bas sont Agen, où une maison se négocie en moyenne à 112 750 euros, et Nîmes, où un appartement coûte en moyenne 59 310 euros.

Les villes où la hausse des prix est la plus forte sont Toulouse, où les maisons ont augmenté de 12 % en un an, et Lyon, où celui des appartements s’envole à + 15 %.

Les villes où le mètre carré est le plus bas sont Calais, avec 1 186 euros/m2 pour une maison, et Chalon-sur-Saône, où un appartement ne demande que 967 euros/m2, le plus bas niveau constaté en France.

Les villes où l’on trouve le plus d’offres à la vente sont La Rochelle et Toulouse.

Les villes où l’on trouve le plus d’offres à la location sont Bordeaux et Rouen.

Les villes les plus chères d’Île-de-France sont évidemment Paris (8 098 euros/m2) en première position, puis Issy-les-Moulineaux (6 536 euros/m2), et Chatillon, qui se stabilise autour de 5 895 euros/m2.

Que pensez-vous de cette étude ? Avez-vous été surpris par les résultats ? Pensez-vous que les prix de l’immobilier sont toujours intrinsèquement liés au dynamisme économique d’une ville ? Le cas échéant, comment expliquez-vous de telles disparités ? Faites-nous part de votre point de vue, le blog est là pour ça !

 

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags : , , ,
8 commentaires
  1. Greg

    Bonjour,
    L’est n’est pas renseigner dans l’enquête ? Ou en sont les prix ?

  2. Prêt à Emprunter

    Cette étude Orpi est intéressante et marque bien les disparités de nos villes françaises en fonction du bassin d’emploi, de la croissance de la population (nouveaux arrivants) ou encore de l’attrait touristique de nos régions.. Le même réseau et d’autres viennent de souligner au passage la tendance baissière en nombre de transactions depuis ce début d’année, malgré un contexte de taux historiquement bas, ce qui est traditionnellement un levier pour le marché immobilier. Voici un post intéressant et complémentaire à cet article sur ce constat de marché:http://www.pret-a-emprunter.fr/taux-credit-immobilier-juillet-2014.html

  3. arthur

    Arthur Loyd Toulouse vous accompagne dans votre projet
    Arthur Loyd Toulouse se positionne comme le conseil en immobilier d’entreprise sur le Grand Toulouse. Depuis 25 ans notre présence quotidienne sur le terrain permet d’offrir à nos clients et nos mandants la meilleure solution et visibilité du marché.

  4. Anonyme

    FDBB accompagne vos biens immobiliers dans la gestion patrimonial de vos biens situé dans la Communauté Urbaine de Lille.

    FDBB contribue à maintenir la qualité locatives de vos bien immobiliers sur la ville de Lille et Lambersart.

    FDBB ajoute après lecture du poste du commentaire de Prêt À Emprunter que l
    prêt à emprunter pour, notamment, améliorer le maintien de la qualité locative

    FDBB se positionne comme le conseil en immobilier sur le Grand Lille.

    Depuis 30 ans notre présence quotidienne sur le terrain permet d’offrir à nos clients et nos mandants la meilleure solution et visibilité du marché.

  5. Sébastien

    Je vois qu’il y a de grandes différences et que certaines régions sont privilégiées. C’est pour cela je pense que des dispositifs, comme la loi Duflot (cf : http://www.simulation-duflot.fr/tout-savoir-sur-la-loi-duflot/) ont été mis en place ! Favoriser les zones les plus désavantagées … C’est ce qu’il faut faire mais ne pas négliger pour autant les autres. C’est pour cela que l’immobilier, jusque-là ne connaissait pas une réelle avancée (cf : http://www.franceinfo.fr/emission/question-d-immobilier/2013-2014/le-marche-immobilier-stagne-t-il-06-01-2014-09-50)

  6. peraldi

    Ces chiffres sont toujours intéressants, cependant je ne vois pas d’informations relatives à l’immobilier en Corse, avez vous des données plus complètes ?
    Cordialement, ACI Immobilier

  7. lexpressproperty.com

    La vue de ces chiffres me conforte dans l’idée qu’il revient plus intéressant d’investir à l’étranger, comme à Maurice qui est devenu en un laps de temps relativement court, un petit paradis pour les investisseurs souhaitant se lancer dans l’achat ou la location!

  8. jean

    plus 15% pour les appartements lyonnais, ça na pas de sens!
    il faudrait préciser le quartier. il s’agit probablement du centre.
    vos commentaires sont partiels et n’apporte rien d’utile.

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook