Tendances

Bâtiment et urbanisme, le pouvoir des plantes

Avec une urbanisation de plus en plus dense et malgré un manque évident de foncier, les espaces verts sont les poumons indispensables des grandes villes. Au-delà de l’aspect esthétique, la végétation urbaine joue un véritable rôle de régulateur thermique. Pour en savoir plus, suivez le guide !

Extension urbaine et réchauffement climatique contribuent à des écarts de températures considérables entre ville et campagne. Face à ces vagues de chaleurs accentuées dans les grandes agglomérations, il est important de trouver une solution adaptée afin de réduire les consommations énergétiques et accroître la production d’énergies renouvelables. De fait, la végétation en ville dans la construction est devenue un enjeu majeur depuis 2004 sur le territoire français et présente des avantages tangibles qui se déclinent sur plusieurs tableaux.

Paris - Plantes et espaces verts

Dimension esthétique et bien-être

Aujourd’hui, les municipalités mettent particulièrement l’accent sur la qualité de vie avec un habitat qui s’intègre dans son environnement. Lieux de détentes et de relaxation, les espaces verts aux abords des bâtiments s’harmonisent aux éléments architecturaux et les valorisent. Ils offrent un lien social en facilitant l’accès au public aux activités de loisirs et en favorisant les rencontres entre les citoyens.

L’intérêt écologique et sanitaire fait également partie de l’équation. Au travers de l’ombrage direct des surfaces et via l’évapotranspiration opérée par les feuilles, la végétation rafraîchit les climats et améliore la qualité de l’air, les radiations solaires étant absorbées toute l’année. Elle protège donc des chocs thermiques, sachant que les toitures végétalisées permettent une réduction de la variation de la température jusqu’à 40 %.

Meilleure isolation phonique et thermique

Grâce à ses feuilles plus ou moins poreuses, la végétation peut absorber, réfléchir et rétracter le bruit. C’est un excellent isolant phonique pour le bâtiment, à même de vous éviter bien des nuisances. Sachez, à titre d’exemple, qu’un substrat de 12 centimètres d’épaisseur peut engendrer une baisse des bruits aériens de près de 40 dB. Côté isolation thermique, les murs et les toits végétalisés agissent comme des substrats et protègent ainsi façades et toiture du froid et du vent en hiver, tandis que, durant les saisons chaudes, ils contribuent à abaisser la température jusqu’à 15 °C, ce qui permet de réduire ou de faire l’impasse de systèmes de climatisation, par ailleurs onéreux et pas très bons pour la planète !

Purification de l’air et de l’eau

Le feuillage permet un certain filtrage en absorbant le dioxyde de carbone. Les polluants peuvent être absorbés ou transformés par la végétation. Dans le même esprit, les végétaux contribuent à l’assainissement des eaux. En préservant les espaces verts, il est possible de réduire le volume des eaux de ruissellement, de protéger les sources d’eau et d’éviter les inondations. Sachez qu’annuellement, un toit végétal pourrait absorber jusqu’à 50 % de la quantité d’eau pluviale, permettant ainsi une réduction des coûts de traitement de l’eau de l’ordre de 5 à 10 %.

Pour ces raisons économiques et écologiques et leurs multiples vertus, il est plus que jamais indispensable de réintroduire les espaces naturels en ville

Et vous, que pensez-vous de la végétation en milieu urbain et de son utilisation dans le bâtiment ? Dites-nous tout, le blog est là pour ça !

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags : , , , ,
3 commentaires
  1. Chris

    Certaines grosses villes d’Amérique du Nord et d’Asie ont une démarche volontariste et ont mis en place des aides (subventions) ou des carottes (plus de m2 utilisables si…) pour les toits végétalisés.
    Sans être fantastiques, les premiers résultats sont très encourageant et les îlôts de chaleur urbain en régression.

  2. Sylvain

    Bonsoir,

    Il est clair que nous avons tout à gagner à « reverdir » nos grandes agglomérations.
    D’ailleurs, vous énumérez très bien les différents avantages tant esthétiques qu’environnementaux de cette démarche.

    Comme le disait Chris, des aides et des mesures incitatives auraient surement un effet de levier assez intéressant auprès des Français déjà assez sensibilisés sur la question depuis quelques années.

    Cordialement.

  3. marchés publics

    Pas si surprenant de trouver que les bâtiments verts deviennent de plus en plus tendances. Ils sont à la fois écologiques et esthétiques.
    La construction verte devient également un atout des constructeurs pour gagner un marché.
    http://www.dossier-marche-public.com/

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook