Questions d'argent et de droit

Réduire ses impôts grâce au déficit foncier

Relevant du droit commun, le mécanisme d’imputation des déficits fonciers offre de belles opportunités pour réduire votre impôt sur le revenu si vous êtes propriétaire dans l’ancien et que vous louez votre bien à un tiers. Pour tout savoir sur ce sujet, suivez le guide !

Petit récapitulatif salutaire

Vous êtes propriétaire d’un bien que vous louez. À ce titre, vous payez des charges annuelles de propriété additionnées éventuellement d’un amortissement et vous percevez des loyers. Lorsque ces charges sont plus importantes que les loyers bruts que vous encaissez, cela crée une différence : le déficit foncier… heureusement déductible de votre revenu imposable.

Impots


Les charges déductibles

Elles s’organisent actuellement en trois grandes familles.

– Les charges liées au financement de votre bien immobilier : comprenez ici les intérêts d’emprunt, mais également les frais afférents à ce crédit. Il s’agit aussi bien de frais d’inscription hypothécaire, de primes à l’assurance ou d’autres frais de dossier.

– Les frais liés à la réparation et l’entretien du bien : la quasi-totalité des travaux exécutés pour maintenir en bon état votre bien est à prendre en compte (lien : « Propriétaire, locataire : qui doit payer les travaux »). Ainsi, le remplacement de la chaudière, du système de chauffage ou le ravalement de la toiture font automatiquement partie des travaux déductibles. Idem pour les changements effectués en vue d’améliorer le confort du bien comme l’installation de fenêtres à double-vitrage, le renforcement de l’isolation thermique ou la création d’une cuisine aménagée ou d’une salle de bain si votre bien en était dépourvu. En revanche, tous les travaux, aussi onéreux soient-ils, qui consistent à modifier le volume ou la surface de votre bien en sont exclus. Par exemple, cette belle véranda dans laquelle vous lézardez paisiblement au soleil, voire ces combles que vous allez aménager en bureau ou en salle de loisirs ne pourront hélas contribuer à alléger votre bourse !

Les charges liées à la gestion quotidienne : là c’est plutôt limpide, nous parlons de charges de copropriété, d’assurance souscrite en tant que propriétaire non-occupant et de taxe foncière.

À vos calculettes !

Vous l’aurez compris, le calcul, une fois détaillé, est des plus simples puisque vous devrez tout bonnement additionner les loyers bruts annuels empochés pour ensuite soustraire ce total à la somme globale des charges que nous venons de passer en revue. Ce résultat négatif constitue votre déficit foncier imputable à la base d’imposition de votre impôt sur le revenu, et ce, dans la limite de 10 700 euros.

Et vous, avez-vous déjà fait jouer cette déduction dans le calcul de votre impôt sur le revenu ? Pensez-vous que cette imputation encourage les propriétaires à améliorer le confort de leur bien pour le louer ? Dites-nous tout, le blog est là pour ça !

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags : ,
2 commentaires
  1. Le glaunec

    Bonsoir,

    Nous avons l’intention de faire construire dans les dom tom pour y passer notre retraite. En attendant nous désirons faire de la location si nous ne louons pas durant 9 ans mais 6 ans pour une défiscalisation. Qu’elles seront les pénalités? Dans 4 ans c’est la retraite nous pourrions louer pour nous en attendant les 6 ans, mais 9 ans cela nous ennuis. Ce projet est du duflot.
    Cordialement.

  2. GIMONET

    Y a-t-il un recours quelconque lorsqu’un locataire est expulsé pour non paiement de ses loyers (19 000 euros), jugement pour non solvabilité et que cette personne reprenne son travail avec pignon sur rue ?
    Merci d’avance de votre aide.

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook