Questions d'argent et de droit

Comment bien évaluer son taux d’endettement

Locataire depuis quelques années, vous vous apprêtez à franchir le pas en devenant propriétaire de votre maison ou de votre appartement. Dès lors, un petit tour à la banque s’impose afin de souscrire une demande de crédit immobilier. Une étape indispensable, au cours de laquelle votre conseiller va évaluer votre capacité d’emprunt afin de savoir si vous pouvez être solvable, car sachez que l’acceptation de votre dossier dépendra en grande partie de votre taux d’endettement. Quelle est sa méthode de calcul et quels sont ses critères ? Voici le mode d’emploi.

Terasse

Qu’est-ce que le taux d’endettement ?

Pour prendre en compte votre taux d’endettement, vous devrez transmettre à votre organisme bancaire tous vos charges et revenus stables. C’est-à-dire vos trois derniers bulletins de salaires, vos relevés de compte, vos quittances de loyers, les pensions alimentaires et remboursements de crédit éventuels en cours, les charges courantes (EDF, téléphone…), l’assurance, etc.

Attention : ne prenez surtout pas en compte vos revenus incertains ou limités dans le temps, afin d’obtenir l’évaluation la plus précise possible. Avec tous ces éléments à disposition, vous pourrez savoir si vous êtes capables de tenir votre budget en évaluant précisément le montant que vous pourrez épargner chaque mois, et éviter ainsi les situations de surendettement.

Comment est-il calculé ?

Pour calculer ce taux, la règle est simple. Il correspond au total de vos charges divisé par l’ensemble de vos revenus, multiplié par 100. En général, l’endettement fixé par le prêteur ne dépasse pas les 33 %, soit un tiers de vos revenus. En effet, si vous dépassez ce seuil, il vous sera très difficile de faire face à vos autres dépenses courantes (alimentaires, loisirs…), et encore plus aux imprévus sur le long terme. Cela peut conduire à une interdiction bancaire ou à l’inscription au fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP).

Cependant, cette règle n’est pas valable pour tous. En effet, un taux de 35 % peut être supporté par des ménages ayant des revenus importants alors qu’un taux à 30 % peut être très difficile à tenir pour des ménages à faibles revenus. Dans cette optique, une autre approche est utilisée par les banques : le « reste à vivre ». Comme son nom l’indique, c’est la somme qu’il vous reste chaque mois, une fois déduits de vos revenus le remboursement de votre prêt immobilier et vos autres charges : elle doit vous garantir d’assurer vos dépenses quotidiennes. Finalement, tous ces éléments vous permettront de viser le bien immobilier correspondant à votre réelle capacité d’emprunt.

Et pour vous, comment cela s’est-il passé avec votre banque ? Pensez-vous qu’elle a bien calculé votre taux d’endettement ? Faites-nous part de votre expérience, le blog est là pour ça !

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags : ,
Un commentaire
  1. Amélie

    Bonjour,
    Je trouve votre article très intéressant
    Je voudrais savoir, les établissement financiers prêteurs s’engageront t-ils si le taux d’endettement du demandeur dépasse 33 % ?
    Cordialement

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook