J'aménage

Décorer son intérieur tout en préservant la qualité de l’air

La conférence « Décoration d’intérieur et qualité de l’air », qui s’est tenue début novembre au salon Batimat, a abordé un problème essentiel de santé publique, encore trop méconnu : la qualité de l’air intérieur. Heureusement, des solutions existent pour l’assainir, à l’image  d’une nouvelle peinture détruisant le formaldéhyde. Explications.

Un constat inquiétant

En 2010, l’allergie a été déclarée quatrième maladie mondiale : elle touche 30 % de la population, notamment les jeunes enfants, les personnes âgées et les malades. Selon Michal Plana, directeur commercial et marketing de Peintures ONIP, « on parle le plus souvent du 1,5 million de Français victimes d’allergiesalimentaires et très peu des 12 millions touchés par des allergies respiratoires, qui se manifestent sous différentes formes : asthme, rhinite etc. ».

Il faut savoir que l’air intérieur est de cinq à dix fois plus pollué que celui que nous respirons à l’extérieur alors que dans le même temps, nous passons 80 à 90 % de notre temps en espaces clos. De plus, le nombre de personnes atteintes a été multiplié par deux en vingt ans. La qualité de l’air est donc bel et bien devenue un enjeu majeur de santé publique.

Décoration

Des sources multiples

Les sources de pollution intérieures sont très diverses. Elles peuvent venir des occupants eux-mêmes, du tabagisme, de l’air extérieur et des bio-contaminants (allergènes et toxines). Des études réalisées sur trois cents écoles et crèches ont dénombré plus de quatre cents composés organiques volatils (COV) différents.

Le formaldéhyde, le plus présent et le plus irritant, a été classé cancérogène par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) dès 2004. Il se trouve dans les fruits, la fumée des cigarettes, les meubles, les tapis, les textiles d’ameublements, l’isolation thermique et les contreplaqués et panneaux mélaminés. On l’utilise aussi dans les désinfectants de locaux, les cosmétiques, les produits ménagers, les magazines et les livres neufs.

Des solutions innovantes

Afin de favoriser l’assainissement de l’air intérieur, des réponses ont été apportées par les fabricants en élaborant des matières premières en décoration intérieure moins nocives, moins émissives et conformes à l’écolabel européen qui impose zéro formaldéhyde dans la fabrication des peintures. C’est le cas de la gamme Label’Onip Clear’R, qui absorbe les COV et les restitue sous la forme de vapeur d’eau. Elle s’applique en deux couches sur les plaques de plâtre, plâtres et boiseries, avec trois finitions (mate, velours et satinée).

Sachez également que depuis le 1er janvier 2012, un étiquetage indiquant le niveau d’émission des polluants volatils, avec une note allant de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions), est devenu obligatoire sur tous les nouveaux produits de construction et de décoration commercialisés depuis cette date. Il concerne ceux employés dans la construction et les revêtements de murs, sols et plafonds (cloisons, panneaux, parquets, moquettes, papiers peints, peintures…) et ceux utilisés pour leur incorporation ou leur application (isolants sous-couches, vernis, colles, adhésifs…). Cette contrainte a été étendue le 1er septembre 2013 aux produits commercialisés antérieurement.

Et vous, êtes-vous attentif à la qualité de votre air intérieur ? Êtes-vous prêts à privilégier de nouveaux produits permettant de l’améliorer ? Dites-nous tout, le blog est là pour ça !

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags : ,
Laisser un commentaire

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook