J'aménage

Jardin, les travaux d’automne indispensables

Les jours raccourcissent, fraîcheur et humidité se font sentir au matin : l’automne se profile dès septembre. Mais le jardinier ne connaît pas les langueurs monotones du poète, la saison est pour lui synonyme du plaisir de jardiner dans la dernière ligne droite avant l’hiver. Jardinier en herbe ou aguerri, quelques conseils utiles.

Terminer l’été : déterrer, tailler

Si les récoltes majeures sont passées, le travail est loin d’être fini. Au potager, la mâche est en pleine croissance et les endives promesses de recettes d’hiver. Il faut arracher les pieds de tomates restants, en n’hésitant pas à les brûler pour éliminer les éventuelles sources de maladie. Au verger, une fois la cueillette terminée, ramassez les feuilles mortes et les fruits pourris, apportez quelques soins aux arbres. Côté jardin d’agrément, les bulbes d’été, comme les dahlias, seront déterrés et conservés à la cave, dans un carton aéré.

Les déclinaisons jaunes et ors de l’automne ne sont pas qu’esthétiques : elles sont le signe que les tiges flétrissent, que les plantes commencent à ramener la sève vers leurs racines. Non coupées, elles risquent de dépérir. Il faudra tailler les vivaces herbacées, les arbustes et les buissons à un quart de leur taille environ. Idem pour les haies, qui apprécieront une taille légère pour gagner en volume et éviter un trop plein d’humidité.

Jardin

Préparer l’hiver : ramasser, bêcher

En hiver, pluie et froid abîment les pelouses. Offrez leur une cure de jouvence avant les grands froids : enlevez les feuilles mortes (qui les font pourrir), tondez une dernière fois, utilisez un engrais d’automne. Les engrais pour pelouses traditionnels sont à éviter pendant cette période, car les faire pousser plus vite les fragilise face au gel. Bêchez les massifs et remuer grossièrement la terre du potager aide l’hiver à faire son œuvre : au pied des noisetiers, par exemple, retourner la terre par grand froid permet de tuer les larves des vers dévoreurs de noisettes.

N’oubliez pas de débrancher les arrivées d’eau et/ou dispositifs d’arrosage. Si vous avez un bassin, démontez les pompes. Enfin, ayez une petite pensée pour les oiseaux : mangeoires, nichoirs, réserves de graisse et de graines, faites l’inventaire de leur kit de survie.

Anticiper le printemps : planter, planter

Il fait plus froid, il pleut, et pourtant, c’est le moment de planter. L’automne est LA saison pour la mise en terre des arbres, arbustes et fruitiers, vivaces et rosiers. Les plantes, mieux racinées, seront plus économes en eau l’été suivant. La terre est suffisamment humide et le sol encore tiède. Les plantes auront donc le temps de s’adapter à leur nouvel environnement et prendre racine. Un rosier planté à l’automne gagnera en robustesse, fleurira plus tôt. Arbres et arbustes transplantés se développeront mieux.

On le sait, « à la Sainte-Catherine (25 novembre), tout bois prend racine », dit le proverbe. Mais on n’est pas obligé d’attendre jusque-là. Profitez de la douceur de septembre pour repiquer les boutures d’arbustes et les fleurs vivaces. Étaler la plantation des bulbes (type jonquilles ou tulipes) entre fin septembre et fin novembre permet d’avoir une floraison allant du milieu de l’hiver au printemps. Il faut veiller à les planter à une profondeur de deux à trois fois leur taille.

Et n’oubliez pas : « À la Saint-Séverin (27 novembre), l’hiver est en chemin » ! Vous voilà prévenus !

Et vous, avez-vous des astuces d’automne au jardin ? Quels sont les travaux que vous privilégiez pendant cette période ? Faites-nous partager vos expériences, le blog est là pour ça !

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags : , , ,
Laisser un commentaire

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook