Je cherche un logement

Maison « prête à finir » mode d’emploi

C’est décidé, vous allez devenir propriétaire d’une maison neuve. Seul hic, votre budget risque d’être un peu serré. Pas de panique, votre rêve peut quand même se concrétiser en vous tournant vers une « prête à finir ». À quelques conditions néanmoins, dont voici l’essentiel.

Le principe

Apparu au début des années 1980, le concept de maison « prête à finir » s’appuie sur une idée toute simple. Il s’agit de construire un logement tout ce qu’il y a de plus classique, conçu par un architecte et réalisé par des professionnels du bâtiment, mais livré sans être terminé. L’acquéreur doit donc se charger lui-même des finitions, plus ou moins importantes selon la formule retenue.

Maison individuelle

En clair, et en pratique, le constructeur s’occupe du gros œuvre et livre une maison avec a minima fondations, murs extérieurs, fenêtres, porte et toit. L’acheteur n’a alors plus – si l’on peut dire – qu’à effectuer le second œuvre, à savoir isolation, cloisons et menuiserie intérieures, électricité, plomberie, chauffage, revêtements des sols et des murs, et décoration. Pour ceux que l’ampleur de ces tâches rebuterait, pas d’affolement : les professionnels spécialisés dans ce type de réalisations fournissent tout le matériel nécessaire sous forme de kits, accompagnés de notices explicatives très précises pour vous aider au montage. Et la plupart proposent une assistance technique, avec intervention possible d’artisans ou de techniciens en cas de problème.

Les garanties

Même si vous mettez largement la main à la pâte, le constructeur n’est pas pour autant dédouané d’un certain nombre d’obligations légales. Tous les travaux qu’il effectuera entrent en effet dans le cadre d’un contrat de construction de maison individuelle loi 1990, qui vous protège sur le prix, les délais de livraison, les garanties de parfait achèvement et celles biennales et décennales. Il doit également respecter l’ensemble des normes et réglementations techniques en vigueur.

Les avantages

Le principal est bien évidemment financier. Selon l’étendue des travaux que vous ferez vous-mêmes, vous pouvez atteindre de 15 à 30 % d’économies. De quoi donc devenir propriétaire avec un budget moindre, ou encore obtenir une maison ou un terrain plus grand. Sans oublier la possibilité d’affecter votre argent ainsi épargné à votre ameublement et votre décoration.

Vous aurez également davantage de choix pour personnaliser votre logement en étant maître du second œuvre, sans avoir à vous contenter d’un produit standard. Et, satisfaction ultime, le plaisir et la fierté de vous dire qu’il y aura vraiment une part de vous dans ce sweet home que vous aurez pour une bonne part contribué à construire.

Les contraintes

Elles tiennent surtout à vous. Assurez-vous d’abord que vous avez bien les compétences nécessaires pour réaliser vous-mêmes les travaux. Et si ce n’est pas le cas, voyez parmi vos proches ceux qui pourront vous donner le coup de main nécessaire. Le facteur temps n’est pas non plus à négliger : entre votre travail, les enfants et les loisirs, disposerez-vous des heures indispensables à ce qui est bien davantage que du bricolage ? Tout est bien sûr fonction de ce qu’il vous restera à entreprendre mais compter en moyenne trois bons mois pour achever votre maison, en y consacrant vos week-ends, vacances, jours fériés et nocturnes d’après boulot. Et à condition d’avoir bien su vous organiser…

Sachez également que vous ne pourrez pas tout vous permettre et qu’il vous faudra vous en tenir aux plans préétablis. Pas question d’improviser à la dernière minute, ne serait-ce que pour des questions de sécurité. Les parties sanitaires, électricité et chauffage sont à cet égard cruciales : toute une série de normes et d’obligations qu’il vous faudra bien connaître sont strictement à respecter. Faute de quoi, vous risquerez, par exemple, de ne pas obtenir l’indispensable certificat de conformité de vos installations pour être raccordé au gaz et à l’électricité.

Et vous, avez-vous construit en partie votre maison sur ce modèle ? Quelles difficultés avez-vous rencontré ou avez-vous été pleinement satisfaits de cette formule ? Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaiteraient se lancer dans une telle aventure ? Dites-nous tout, le blog est là pour ça !

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags : , , , , ,
Un commentaire
  1. Jean Marc TRANCHANT

    Bonjour,
    dans les contraintes la plus importante est certainement le respect de la RT 2012, qui concerne nombre de travaux de second œuvre!

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook