Tendances

Peintures saines : vous pourrez les voir en peintures !

Fini la peinture toxique qui gratte les yeux, irrite la gorge et oblige à ouvrir les fenêtres plusieurs jours d’affilée pour chasser cette vilaine odeur entêtante ! C’est dans l’air du temps, on fait la chasse aux solvants et autres peintures à l’huile ou glycérophtaliques. Comme pour le contenu de notre assiette ou les matériaux qui composent notre maison, on veut du sain et du beau ! C’est-à-dire rien de mauvais pour la santé et, par la même occasion, un petit geste écolo bien appréciable pour l’environnement. Quelles sont ces « néo-peintures » mises sur le marché ? Pour tout savoir, c’est par ici !

Adieu glycéro : une histoire d’eau

Vous l’avez peut-être déjà remarqué, mais les peintures à l’huile sontquasiment en voie d’extinction et disparaissent peu à peu des boutiques debricolage. Et pour cause ! Si le résultat est impeccable, ces peintures se sont avérées responsables de nombreux troubles dermatologiques, hépatiques etneurologiques. Pour stopper les dégâts, la loi est passée par là et les fabricantsprivilégient désormais des produits en phase aqueuse ou hydrodiluables, doncinodores, lessivables et qui permettent de laver votre matériel ou de nettoyerles bavures avec une simple éponge gorgée d’eau.
Attention tout de même, cette nouvelle catégorie comporte parfois des dérivés d’éthylène, pas très cléments pour la santé, même si les quantités en questionsont minimes. Les accros du naturel et tous ceux qui fuient les composés chimiques s’en détachent. À vous donc, de vérifier la composition et de portervotre préférence sur des dérivés de propylène, nettement moins toxique.

La peinture bio, ça existe ?

Vins, textiles, potager ou jouets… Tout ou presque est aujourd’hui décliné danssa version « certifiée bio ». Pour autant, est-il possible d’emprunter ce label pour la peinture de vos murs ? La réponse est oui ! Et, dans ce cas, les résines traditionnellement d’origine pétrochimiques sont chassées et remplacées pardes composants d’origine animale ou végétale tels qu’argile, caséine (protéinede lait), chaux, huiles de ricin, de soja ou de lin. Pour ce qui concerne la couleur, les teintes sont élaborées avec des pigments minéraux, ce qui permet d’obtenir une palette infinie. Le nec plus ultra de la peinture bio ne contient aucune trace de produits pétrochimiques. Mais ouvrez l’œil et le bon, car il faut être vigilant et bien vérifier les informations inscrites sur le pot : certaines d’entre elles ne sont composées qu’à 95 ou à 98 % de produits naturels. C’est d’ailleurs sur cette subtilité que se joue la différence de prix.

Quelques précautions avant les coups de pinceaux

N’oubliez jamais que, bio ou à l’eau, toutes les peintures contiennent descomposés organiques volatils (COV), jamais bons pour l’environnement ni pourvotre santé. C’est une question de bon sens, n’oubliez pas d’aérer la pièce où se trouvent vos murs fraîchement repeints et ce, pendant plusieurs jours après application. A fortiori si le ventre de future maman pointe et que bébés’apprête à investir le foyer ! Enfin, quand vous aurez fini le grand « relooking » de vos murs, plus la peine de jeter vos pots usagers à la déchetterie : il suffit deles déposer dans les poubelles classiques.

Et vous, les peintures « saines », ça vous attire ? Gadget ou vrai confort ? Donnez-nous votre avis, le blog est là pour ça !

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags :
Laisser un commentaire

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook