J'aménage

Chacun cherche son sapin…

Décembre est là, les fêtes de Noël approchent et, avec elles, revient la grande question annuelle : quel sapin choisir ? Les avis divergent entre partisans de l’écologie, ceux de l’esthétique ou, encore, les tenants du côté pratique. Une chose est sûre : vous n’êtes pas obligé de vous ruiner pour trouver sapin à votre cheminée. Par ici les clés pour vous aiguiller dans votre quête !

Le sapin synthétique, écolo ou pas ?

De prime abord, acheter un faux sapin peut sembler une bonne idée, notamment pour lutter contre la déforestation. En réalité, les sapins artificiels sont généralement composés de plastique ou de PVC, des matières extrêmement polluantes à produire. De plus, si les sapins synthétiques sont fabriqués dans des pays lointains, leur acheminement jusqu’à vous participe également à la pollution.

Deuxième point : la durée de vie. Au-delà de trois années d’usage, les sapins artificiels ternissent et s’affaissent. Il faut donc les remplacer.

Au final, ils ne sont donc pas forcément plus rentables qu’un sapin naturel par an. Pour l’aspect écolo, sachez qu’il existe désormais un label FSC (Forest Stewardship Council) certifiant que la plantation de laquelle provient votre sapin naturel respecte des normes d’écologie et de développement durable.

Faux ami donc, et vrai pollueur, le sapin artificiel reste très prisé pour son côté pratique : après les fêtes, on le range jusqu’à l’année prochaine et ça s’arrête là, pas de résine collante à nettoyer ni d’aiguilles de pin à balayer. Mais ça ne sent pas le sapin non plus, me direz-vous !

Quand le naturel revient au galop

Les questions d’écologie et de préservation des forêts taraudent bon nombre d’entre vous. Depuis quelques années, bien des marques l’ont compris et proposent des solutions au gâchis que représentent les milliers de sapins jetés aux ordures.

Pour commencer, vous pouvez choisir un arbre avec ses racines. En pot pour passer les fêtes dans votre salon, il pourra ensuite être replanté dans votre jardin ou ailleurs. Si vous n’avez pas de terrain, rien ne vous empêche de le garder en pot et d’en prendre soin. Bien entretenu, il va grandir et s’étoffer et vous aurez un sapin de Noël tout trouvé pour les prochaines années.

Deuxième option : un grand nombre de vendeurs, pépiniéristes ou grandes surfaces vous proposent désormais de rapporter votre sapin après les fêtes. Il sera alors débité ou transformé en compost et connaîtra une seconde vie utile.

Enfin, si vous vous chauffez au bois, rien ne vous interdit de vous servir de votre sapin comme bois de chauffage, dans la mesure où vous êtes capable de le débiter.

Odeur ou facilité, le choix cornélien

Parmi les sapins naturels, vous aurez généralement à choisir entre Nordmann et épicéa. Le premier est un peu plus cher mais ne perd pas ses aiguilles, et il résiste bien à la chaleur de votre foyer. Quant au second, il répand une délicieuse odeur de pin dans toute la maison, ce qui ajoute sans conteste à l’ambiance de Noël.

En tout cas, choisissez-le avec soin, notamment en vérifiant qu’il n’a pas été coupé trop tôt et qu’il résistera bien. Rentrez-le dans la maison le plus tard possible pour qu’il souffre moins de la chaleur, et laissez-le s’acclimater une journée entière avant de le décorer pour éviter qu’il ne s’affaisse trop vite.

Et maintenant, à vous les merveilleux décors de Noël et peut-être… les cadeaux qui vont avec !

Et vous, avez-vous déjà choisi votre sapin ? Naturel ou artificiel ? Donnez-nous votre avis et vos astuces, le blog est là pour ça !

 

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags : ,
Un commentaire
  1. DDPB

    J’achète mon sapin en bois cette année@magasinddpb.com.
    Et en plus il est à ré-utiliser pour l’année prochaine (bien durable).
    Bonne fêtes!

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook