Je cherche un logement

Pourquoi passer par un courtier en prêts immobiliers ?

Que votre projet soit récent ou que vous ayez déjà essuyé un refus de votre banquier, vous êtes de plus en plus nombreux à opter pour cet intermédiaire afin d’obtenir un moyen de financement. On estime que 23 % des Français sont prêts à faire appel à un courtier plutôt qu’à une banque pour obtenir un crédit immobilier (TNS Soffres/septembre 2011). Mais si la profession se porte bien, elle reste cependant un peu intimidante pour bon nombre. Quid du métier et des avantages à passer par un courtier ?

Quelle est sa mission ?

Par définition, le courtier en prêts immobiliers est le chaînon entre vous, qui souhaitez emprunter pour un achat immobilier, et les banques, qui proposent diverses sortes de produits. Et de fait, plus il connaît les offres des banques, plus il aura de chance de dénicher un meilleur taux aux conditions correspondant à votre train de vie. Clément Menut, gérant de Court’ea Crédits à Grenoble, nous conseille : « N’hésitez pas à vérifier ses références et à de demander quelles sont les banques et organismes de crédits avec lesquels il travaille ». Plus qu’un négociateur, il se pose également en expert concernant les aides d’état dont vous pouvez bénéficier et vous permet d’y voir plus clair parmi les mécanismes de prêts bancaires.

Des taux proposés vraiment plus attractifs ? D’autres frais négociés ?

C’est bien pour cela que les gens font appel à lui ! Plus le courtier engage de nouveaux clients vers un produit bancaire précis, plus il est à même de négocier un taux bas, estimé à environ 0,25 % en dessous des conditions octroyées au grand public. Il peut aussi supprimer les pénalités en cas de remboursement anticipé. Rien ne l’empêche non plus de négocier l’assurance liée au crédit puisque la loi Lagarde, votée en 2010, vous permet de faire jouer la concurrence dans ce domaine. Vous n’êtes pas obligé de souscrire l’assurance proposée par votre organisme bancaire et en choisissant un autre établissement, vous pouvez même faire une économie de l’ordre de 60 %. Cerise sur le gâteau, les délais d’attente sont globalement plus courts et votre dossier sera traité plus rapidement.

Quelles sont mes garanties ?

Chaque courtier possède un statut d’intermédiaire en opération bancaire et reste couvert par une assurance responsabilité civile professionnelle. En outre, depuis juillet 2010, les courtiers doivent être enregistrés auprès de l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP), adossée à la Banque de France. Enfin, pour vous prémunir de tout acte frauduleux, gardez bien en tête que conformément à la loi, aucune avance ou chèque de caution ne peut vous être demandé. Jusqu’à acceptation de votre dossier, vous n’aurez rien à payer. « Confier la réalisation de votre crédit est un gage de confiance important, vous serez plus serein si le courtier vous est recommandé par un ami ou une connaissance. Faites marcher votre réseau ! », ajoute Clément Menut.

Et si faire appel à un courtier ne vous coûtait pas 1 euro ?

Comme nous l’explique Clément Menut, « tous les courtiers sont rémunérés par les banques avec lesquelles ils passent des conventions». Ce que le grand public ne sait pas, c’est qu’il existe « deux grandes familles de courtiers. Les premiers, souvent de grands réseaux nationaux, présentent des honoraires de 400 à 1 500 euros selon la complexité du dossier. Du côté des structures, pour la plupart locales, le service est proposé gratuitement au client. » Plus simple, plus compétitif, voire gratuit, les courtiers en prêts immobiliers ont le vent en poupe pour le plus grand plaisir des futurs acquéreurs.

Merci à Clément Menut de Court’ea Crédits de Grenoble, www.courtea.com

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags : , , , , , , , ,
12 commentaires
  1. cm

    Et je rajouterais que le métier d’IOB, va devenir encore plus encadré, grâce notamment aux 2 décrets parus récemment et qui détermine qui est le courtier, ses obligations, son code de bonne conduite.

  2. mb

    Bonjour, en effet le métier de courtier en prêt immobilier va être davantage encadré en France très prochainement. Au Royaume Uni l’activité est beaucoup plus encadrée depuis 2004, et les courtiers y commercialisent pourtant 60% des crédits immobiliers! contre à peine 25% en France. Parmi les courtiers de proximité, IMMOFINANCES.NET, 100% GRATUIT SANS HONORAIRES sur la résidence principale, résidence secondaire, 1er investissement locatif sauf immeuble, arrive dans la région!

  3. cm

    oui mais dans quelle région cher(e) confrère?

  4. Guillaume G

    Attention au courtier qui ne prend pas de frais de courtage.
    Pourquoi ? Il ira voir la banque avec laquelle il aura plus d’intérêt à passer sans pour autant prendre en compte les priorités du client.
    On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.
    C’est la même différence entre un avocat commis d’office et un ténor du barreau. L’un coûtera plus que l’autre mais vous fera gagner d’autant.
    Tout comme le commis d’office, le courtier « sans honoraire » devra traiter beaucoup plus de dossiers rognant en outre sur l’accompagnement et la personnalisation du projet.
    Evidemment, certains sont consciencieux et font le maximum.. quitte à ne pas suivre le rythme..
    Quant à l’importance du courtier, je suis mal placé pour en parler (puisque j’en suis un), il n’y a aucun risque à en consulter un.. si ce n’est à faire une affaire..

  5. Alain P.

    J’ai consulté deux courtiers pour mon financement. Et aussi quelques banques.
    Au final, j’ai eu de meilleures conditions avec une banque.
    Quant au courtier le plus interessant en taux, il rechignait à donner tous les détails de sa proposition avant d’émettre une offre de prêt, mais donnait seulement la mensualité ou le cout global afin de ne pas mettre en lumière les frais de dossiers plutot chers.
    Pour moi, un courtier n’est qu’un intermédiare qui peut vous faire gagner du temps mais certainement pas de l’argent. Pensez vous qu’une banque fera une meilleure offre alors qu’elle doit rémunérer le courtier ?

  6. cm

    Pour répondre aux différents postes:
    A guillaume: évidement , comme vous êtes vous même un courtier qui prend des honoraires, vous vous comparez à un « ténor du barreau » et vous reléguez les courtiers gratuits aux « méprisables avocats commis d’office ».
    Tout d’abord vous noterez que l’avocat commis d’office, a lui aussi obtenu le droit d’exercer, et surtout, vous en conviendrez, pas tout le monde ne peut se payer les services d’un « tenor » (que vous semblez être, une chance pour vos clients). Et vous, avez vous l’experience et les compétences pour exercer le métier d’IOBSP?
    Enfin, vous supposez (mal) que le courtier que ne fait pas payer ses clients ira voir les banques avec lesquelles il a « le plus d’intérêts » : pouvez vous me dire quelle est la banque avec laquelle il faut exclusivement travailler dans mon intérêt, cela m’interesse, 99% des partenaires donnent la même chose et vous le savez…
    Vous savez aussi qu’un client à qui on ne propose pas la meilleure solution, ne la retiendra tout simplement pas… les gens ont internet vous savez.
    Pour les courtiers PAYANTS, il vous suffit de faire signer un mandat de recherche et d’encaisser le chèque, vous n’êtes pas soumis à une obligation de résultat mais une obligation de moyen, si le client finalise avec sa banque, vous lui reclamez généralement les honoraires.
    A Alain: pour commencer, si vous allez voir plus d’1 courtier, votre démarche n’est pas la bonne, vous ne gagnez même pas un peu de temps, ensuite, dans votre cas, votre propre négociation a suffit à obtenir une meilleure offre, peut être avez vous fournis des informations que le courtier vous avez communiqué pour que votre banque cède, ou alors votre cas ne confirme pas la règle.
    Il ne s’agit pas seulement de négocier le taux, mais la flexibilité de l’offre et de toutes ses composantes.

  7. cm

    A van Laeke, vous ne pouvez pas dire que le courtier est « incompétent » dans votre cas, ce n’est pas lui qui est fiché , c’est vous… il suffit d’avoir du bon sens, vendez votre maison, sortez vous de ce mauvais pas, et faites une nouvelle demande, vous verrez, les choses seront tout à fait différentes.
    Vous n’êtes pas sans savoir que la banque mesure le risque, sur un client fiché, la banque ne se positionne pas, (heureusement d’ailleurs) , n’oubliez pas qu’un courtier n’est pas un magicien 😉

  8. anti-fake

    purée, c’est à croire que tous les margoulins d’Afrique et d’ailleurs se sont donnés rendez-vous sur ce fil pour plumer le pigeon ! si vous avez besoin d’un prêt c’est que vous êtes dans la merde coté argent, n’allez pas croire ces escrocs qui vous promettent monts et merveilles contre une « petite somme » pour frais de dossiers ou que sais-je encore. tous ces gens qui mettent les adresses mails en liens sont des escrocs, souvent en Afrique ou en Asie, ils vous mettront à la rue plus vite que vous ne le croyez. attention! nez vous adressez qu’à des agences ayant pignons sur rue.

  9. Sebastien

    Les courtiers immobilier ont avant tout pour rôle de trouver la meilleure solution bancaire et de négocier des offres avantageuses adaptée à votre projet en fonction de votre situation. Certains courtiers mettent un point d’honneur à vous accompagner jusqu’à la signature. Effectivement, il y a des arnaques partout mais ne diabolisons pas ceux qui font remarquablement leur métier…

  10. crédit en ligne

    Il est tout à fait normal qu’on fasse une demande de crédit en ligne pour un investissement dans l’immobilier.

  11. Cardoso

    Bonsoir – je tiens a vous dire que si vous avez besoin de financement pour la realisation
    de vos projets , je suis disposé a vous trouver des investisseurs potentiel
    capable de vous faire des emprunts avec des conditions favorables au
    remboursement .
    Si vous etes interessé , Me contacté par mail : cardoso_francisco@outlook.fr
    ou ajouter moi sur skype : cardoso_francisco
    et on en discute.!!!

  12. Claude Monty

    Bonjour,

    Je vous félicite pour cette description claire de l’activité de courtier et des avantages à faire appel à lui.

    On peut rajouter que le courtier doit être consulté avant même votre établissement bancaire, n’oublions pas que votre gestionnaire de compte connait votre situation et ce sera peut être dans cet établissement que le courtier aura le plus gros levier de négociation. Sans compter que c’est toujours plus simple, si vous n’avez pas à changer de banque!!