Je cherche un logement

Bâtir un plan de financement

Pas de projet immobilier sans un plan de financement solide. Entre le prix d’acquisition, les frais de notaire, l’apport personnel, les frais de garantie, difficile parfois d’y voir clair et de calculer au mieux ! Voici quelques pistes et explications.

À quoi sert un plan de financement ?

Que vous souhaitiez accéder à la propriété, vous offrir le plaisir d’une résidence secondaire ou vous lancer dans l’investissement locatif, un  plan de financement est nécessaire pour vous aider à déterminer le montant que vous devez et pouvez emprunter pour acheter. Plus votre plan sera élaboré et pensé en amont, plus vous saurez gagner la confiance des banques et plus votre projet aura de chances d’aboutir. Même si au départ, vous n’avez pas toutes les cartes en main et que vos données chiffrées sont imprécises, vous pouvez tout de même établir une ébauche de plan de financement en le remplissant de chiffres approximatifs. Au fur et à mesure que votre projet se concrétisera, vous mettrez à jour vos données et vos calculs pour financer votre achat.

L’apport personnel
C’est, par définition, tout l’argent que vous êtes en mesure d’injecter dans votre projet immobilier, hors emprunt. Bien des établissements préfèrent qu’au moins 10 % du montant de l’acquisition proviennent de l’apport personnel. Attention cependant, à bien déduire de ces 10% les frais de notaire et le budget que vous souhaitez consacrer aux futurs travaux ou à la décoration intérieure. De manière générale, plus votre apport est substantiel, plus vous rassurez les organismes prêteurs. Encore une fois, soyez vigilant et pensez à garder des liquidités disponibles, une recherche de logement et son acquisition implique bien souvent des surprises et des imprévus.

Estimer sa capacité de remboursement

Pour effectuer une estimation rapide de votre capacité de remboursement, vous pouvez dans un premier temps vous baser sur ce que vous payez chaque mois en tant que locataire, hors charge. Il est important, dans ce type de calcul, de prévoir une marge pour ne pas être tributaire, pendant des années, d’une mensualité trop lourde à payer.
En effet, votre projet s’inscrit sur le long terme et il vous faudra assumer et assurer ces remboursements malgré les aléas de la vie. Concernant la capacité d’endettement, on estime qu’elle est de l’ordre de 30 % du revenu mensuel net, sans comptabiliser les crédits déjà en cours. Elle ne correspond donc pas uniquement au montant du loyer que vous débourser chaque mois. En tant que futur propriétaire, vous aurez en effet plus de frais à payer qu’un locataire, comme la taxe foncière, les travaux des parties communes ou la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. À vos calculettes !

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags : , , , , ,
7 commentaires
  1. Immobilier-danger

    Quand vous dîtes « Concernant la capacité d’endettement, on estime qu’elle est de l’ordre de 30 % du revenu mensuel net, sans comptabiliser les crédits déjà en cours. », c’est loin d’être le cas pour la plupart des banques.

    Généralement le taux d’endettement est calculé en prenant en compte tous les crédits en cours. Entre quelqu’un qui a aucun crédit en cours et une personne qui consacre déjà 10 à 20 % de ses revenus au remboursement de différents emprunts, les capacités de financement ne seront pas du tout les mêmes.

  2. cm

    La capacité d’emprunt se calcul en fonction de tous les crédits en cours et ceux à venir (l’objet de la nouvelle demande du client)
    Il y a un autre élément que les banques considèrent; le reste à vire.
    On ne peut pas considérer le même risque à 33% d’un salaire à 1200 euros qu’avec 33% d’un salaire à 10 000 euros, l’important, c’est ce qu’il reste à l’emprunteur pour assumer le coup de la vie.

  3. cm

    le reste à VIVRE

  4. BC

    Petite rectification pour la taxe d’enlèvement des ordures ménagères :
    Si c’est effectivement le propriétaire au 1er janvier de l’année d’imposition qui est redevable de la taxe, il peut cependant en obtenir le remboursement par le locataire. Donc ces charges sont déjà dans le budget d’un locataire

  5. Coralie - Logic-Immo.com

    Merci pour ces précisions 🙂

  6. dominique

    Si on n’a pas les moyens d’investir, il vaut mieux attendre. En ma qualité d’ex-administrateur d’une caisse bancaire, j’ai fréquemment voté « abstention » sur des demandes de crédits immoboliers que le Directeur d’agence nous présentait. Cela m’a valu mon poste mais je demeure resonsable sur des engagements intenables à terme. Dominique.

  7. Paris buro

    Les informations sont très utiles,en réalité,il nous est d’une grande utilité de savoir le prix de location de bureau,aussi de l’agence de location

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook