Observatoire de l'immobilier

Les perspectives immobilières pour 2011 (interview de Xavier du blog Priximmo)

Cette semaine, j’ai interrogé Xavier, du blog Priximmo, sur les changements qui attendent les acheteurs et les vendeurs de biens immobiliers en 2011.

Nouvelles obligations, nouveautés en matière de fiscalité, perspectives concernant le marché immobilier, Xavier nous dit tout et nous livre ses ressentis et ses prévisions pour 2011.

Bonjour Xavier. Pour commencer peux-tu nous parler du blog que tu animes, Priximmo?

Tout d’abord, je tiens à remercier Tout Mon Immobilier pour cette interview car même si je reçois d’autres sollicitations, rares sont les blogs immobiliers sur lesquels on peut s’exprimer.

Je suis le blogueur qui se cache derrière le blog immobilier Priximmo. Au début pour moi Priximmo était un simple blog qui me permettait d’échanger sur le suivi de l’actualité de l’immobilier. Depuis le blog est devenu un mini réseau social et a été étendu à la thématique décoration et architecture d’intérieur. Ce blog pour c’est le fruit de deux passions : d’une part l’économie et l’immobilier, et d’autre part l’informatique. Au début cela a été plus un « loisir » maintenant l’objectif est réussir une valorisation du travail réalisé. Concrètement Priximmo rassemble plus de 1.000 visiteurs chaque jour actuellement et plus de 141 membres créés sur le réseau. Ce dernier permet aux visiteurs des échanges plus directs que par de simples commentaires à travers le blog.

Sur ton blog, tu traites entre autre de l’actualité en matière d’immobilier. 2011 va être une année placée sous le signe du changement! D’abord dans les vitrines des agences immobilières et les petites annonces…

L’année 2011 est l’une des plus chargées depuis plus de 10 ans. Ces changements sont les fruits de deux phénomènes : la crise économique, la prise de conscience du besoin de préserver l’environnement et du développement durable.

Effectivement, le Diagnostic des Performances Energétiques n’est pas une nouveauté mais est intégré dans les annonces immobilières. Je trouve cette évolution intéressante mais pour que cela fonctionne il faut : soit que l’acheteur s’intéresse au développement durable, soit que le résultat de l’intégration du DPE créé des variations réelles des prix de vente. En effet, je ne connais pas grand monde qui soit prêt à acheter un bien simplement sur la base d’un bon DPE.

Sur le court terme, le DPE devrait selon moi être sans effet. En revanche la question est pour le long terme. Je pense qu’il est possible que certains biens nécessitant tellement de travaux pour se retrouver dans une catégorie convenable, se retrouvent avec des tarifs en forte chute. Malgré tout ce phénomène ne pourra pas se produire dans les villes où il y a une forte demande. Il se produira principalement en zone rurale retirée. Ces dans ce derniers cas que le DPE est « dangereux » et pourrait rendre ces zones totalement abandonnées.

En matière de fiscalité, peux-tu nous dire ce qui attend les acheteurs et les vendeurs?

Pour faire simple et court, les aides à l’achat seront recentrées vers les primo accédants et les acquéreur d’un bien à basse consommation en énergie. Les vendeurs « investisseurs » seront plus taxés dès lors qu’ils réaliseront des plus values. Je trouve globalement ce nouveau package intéressant, qui représente une volonté de provoquer un changement.

Néanmoins, il est difficile de savoir le résultat qui en ressortira. La taxation plus forte des plus values devrait à mon sens ne provoquer aucun changement si ce n’est une rentrée d’argent supplémentaire dans les caisses de l’Etat. Le rehaussement de ces taxes sur les plus values n’empêcheront certainement pas la spéculation sur le marché de l’immobilier.

La répartition plus verte de la défiscalisation Scellier qui interviendra au 1er avril sera peu impactante mais incitera les promoteurs à réaliser ces types de biens. D’une manière générale, l’Etat a souhaité revoir le niveau de cette défiscalisation en passant de 25% à 13% la déduction des intérêts d’emprunts immobiliers, puis à 8% en 2012. Pour les bâtiments basse consommation, cette diminution sera moins importante avec un niveau de déduction de 22% après le 1er avril 2011 et 18% en 2012.

La mesure la plus intéressante sera, je pense, l’augmentation sensible des aides aux primo accédants, qui devrait permettre de compenser d’une certaine manière le niveau élevé des tarifs qui freine l’accès à la première propriété.

Selon toi, comment va se porter le marché immobilier en France en 2011?

Compte tenu de tous les éléments dont j’ai pu prendre connaissance, je pense que le marché immobilier en France sera orienté en légère hausse (+2%) en début d’année et conclura l’année en baisse (-4%). La moyenne annuelle devrait de ce fait afficher une légère baisse (-2%). Plusieurs motifs justifient ma position :

–    l’inflation et la hausse des obligations assimilables du trésor (OAT) à 10 ans va conduire les taux des crédits immobiliers à repartir à la hausse. En effet, d’une part l’inflation va pousser la banque centrale européenne à relever son taux directeur (taux auquel la BCE prête de l’argent aux banques commerciales) et d’autre part l’OAT qui sert de référence, utilisé par les banques commerciales pour déterminer la valeur des taux fixes ;
–    la baisse du niveau de défiscalisation Scellier à compter du 1er avril 2011 (cf question précédente) ;
–    une année molle économiquement avec un taux de chômage qui restera élevé et une croissance plus faible que cette année;
–    une psychologie de l’acheteur qui n’a pas changée et qui n’est pas convaincu de faire une bonne opération en achetant maintenant, les niveaux de prix étant bien trop élevés.

Néanmoins et comme cette année, les grandes villes tireront plus facilement leur épingle du jeu. Dans les principales villes françaises, je prévois une tendance légèrement positive (environ +2%).

Et pour finir, la question que tout le monde s’est posée en 2010 et continuera de se poser en 2011 : est-ce le bon moment d’acheter ou de vendre?

Cette question est tout un symbole. Je pense que la décision d’acheter un bien ne se fait pas principalement par rapport à la tendance du marché mais plutôt par rapport à l’opportunité et à la nécessité. Ainsi, il faut prendre en compte le niveau de prix d’un bien et ce qu’il vous apporte. Une fois cet exercice réalisé, il faut voir l’effort financier que cela représente. Quand tout est au vert alors l’acheteur peut passer à l’acte.

Merci à Tout Mon Immobilier pour cette interview.
Merci à toi Xavier!


Et pour suivre Xavier, vous pouvez aller visiter le blog Priximmo ou son compte Twitter.

 

Articles similaires

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
Tags : , , , , , , , , , ,
4 commentaires
  1. chatto

    Je regarde sur le VAR dans le CANTON de FAYENCE pour le travail car sinon
    la région a tellement évoluée en mal je n’irai pas payer le double voir le triple
    de ce que cela vaut !
    Je suis du cru je connais tres bien ainsi que la mauvaise évolution de la
    population, l’installation des golfs qui gâchen t out et pompent l’eau ect. …

    On devrait tourner autour de 2000 eurois le m2 à part demeures d’exception et
    c e n’est pas le cas, le canton se croit le centre du monde!

    De plus je sais qu’on ne fera aucun bénéfice si on revend et encore si on
    récupère le prix d’achat . C’est exagéré; fAITES PASSER LE MESSAGE MERCI !!!!

  2. immobilier oujda

    Article très informatif bonne continuation.

  3. Immobilier neuf

    je suis d’accord avec cette légère hausse dans toute la France mais ce n’est pas le cas pour Paris.

  4. Ping :Etudier la consommation énergétique avant d’acheter un bien | Blog immobilier

Laissez un commentaire

Connectez-vous avec votre profil

*

*Champs Obligatoires

Se connecter avec Facebook